La tempête ne ravage pas la rentrée...

L’histoire est présentée comme un conte : des effets conjugués de lumière, de bruitages musicaux, de décor installent une atmosphère fantastique, mystérieuse, et pourtantbon enfant. Si l’on est dans l’ordre de la narration cherchant à émerveiller, les variations d’ambiance cherchent à agrémenter le spectacle. Le bric-à-brac d’instruments donne à la scène un aspect précaire et improvisé qui sied bien au ton du propos. Les costumes sont jolis, la musique est souvent bien sentie, les acteurs sont engagés et certains moments parviennent à faire partager l’émotion des personnages. Une élaboration généreuse, une illustration ludique de la trahison, de la vengeance et de la clémence de Prospero ; mais l’ensemble n’apparaît pas assez unifié pour constituer une lecture homogène de la pièce.

 

On se demande souvent à quel degré il faut prendre les traits qui nous sont représentés : alternant moments solennels et passages burlesques, la mise en scène de favorise pas la cohérence de la construction. Les effets produits sont inégaux, parfois heureux et suggestifs, parfois ridicules et dénués d’acuité. Les masques ne prennent pas place dans un dispositif de dérision ou d’ironie. En dépit de l’ingéniosité et de la verve déployée par les différents protagonistes de cette création, la démarche reste trop hétéroclite et ne produit qu’une récréation.La diversité des procédés risque en effet degâcher les quelques bonnes intentions dont témoigne cette attachante représentation. Bref, un essai de vulgarisation de la dernière pièce, difficile, de Shakespeare, qui reste charmant mais insuffisamment efficace.

 

Christophe Giolito

 

La Tempête de Shakespeare, adaptation Ariane Bégoin et Ned Grujic, mise en scène Ned Grujic et Rafael Bianciotto

 

Avec Charlotte Andrés, Rafael Bianciotto, Anne-Dominique Défontaines, Christophe Hardy, Jean-Luc Priano, Francis Ressort.

 

Scénographie Danièle Rozier

musique Jean-Luc Priano

masques Alaric Chagnard

décors et scénographie Danièle Rozier

costumes Anne Bothuon

création son Laurent Dujarric

création Lumière Antonio de Carvalho

régie Lumière Véronique Guideveaux.

 

Coréalisation Vingtième Théâtre, Zéfiro Théâtre et Les Tréteaux de la Pleine Lune.


Au Vingtième Théâtre

7 rue des Plâtrières

75020 Paris


Réservation 01 48 65 97 90


du 30 août au 26 octobre

du jeudi au samedi à 19h00 – dimanche à 15h00 Durée environ 1h40.

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.