Les Gardiens de la Galaxie, l'intégrale, 1977-1980

Les adaptations cinématographiques Marvel ont l'avantage de mettre en avant certains personnages parfois oubliés et donc permettre la publication de comics historiques. Dans la première intégrale, les Gardiens de la galaxie étaient au premier plan ; dans cet album, ils font plus de la figuration qu'autre chose. Ce recueil n'en est pas moins intéressant puisqu'il revient sur une épopée incontournable de 1978 : la Saga de Korvac.


Panini France a déjà publié plusieurs fois la Saga de Korvac ces dernières années. Mais cette nouvelle édition est certainement la plus complète, car on y retrouve Thor Annual 6, un épisode dans lequel le dieu du tonnerre voyage jusque dans le futur et file un coup de main aux Gardiens de la Galaxie contre Korvac l'horrible cyborg. Cet annual constitue tout simplement l'introduction de la saga.


Après leur aventure avec Thor, les Gardiens de la galaxie voyagent jusqu'en 1978, et trouvent refuge dans la série Avengers, scénarisée alors par Jim Shooter et dessinée par George Perez et David Wenzel. Il faut croire que Korvac, inventé par Roger Stern, aura plu à Shooter puisqu'il va le réutiliser, mais dans une version toute différente. Les épisodes d'Avengers s'enchaînent, et certains héros disparaissent, purement et simplement. D'anciens membres de l'équipe viennent rejoindre l'équipe pour compléter les rangs (Hercule, la Veuve Noire) et petit à petit tout ce beau va se retrouver face à Korvac, renommé Michael et devenu entre temps un être à la puissance presque divine. L'affrontement entre Michael/Korvac et les Avengers restera l'un des plus célèbre de l'histoire Marvel. Attention, si vous n'avez jamais lu la Saga de Korvac, ne lisez pas la fin de ce paragraphe, et passez au paragraphe suivant ! Un combat des plus étonnants parce que c'est une des rares fois où les Avengers se font littéralement laminer par leur ennemi. De plus, voici un combat moralement ambiguë parce que nos héros affrontent un demi-dieu dont les intentions ne sont pas totalement maléfiques, et qu'au final Michael/Korvac se suicide par amour pour sa dulcinée.


L'écriture de Jim Shooter est remarquable, car tout en écrivant des intrigues auto-contenues, il développe la personnalité de ses personnages. On a ici un exemple parfait d'un style d'écriture aujourd'hui malheureusement disparu. Nous avons un arc narratif qui s'étale sur plusieurs épisodes, mais par petites touches, juste évoqué le temps d'une scène, comme des piqûres de rappel, pendant que les héros enchaînent leurs aventures. Cette manière d'écrire est jouissive, puisqu'elle permet au lecteur de suivre cette menace, sourde, de la voir venir de loin, puis d'éclater sur les derniers épisodes. Évidemment, c'est aussi l'époque où les bulles de pensée et les cartouches de texte existaient encore, techniques que les scénaristes modernes ont malheureusement oubliées depuis…


Même si les enjeux de la saga sont graves, l'humour n'est pas totalement oublié : quand les Gardiens de la galaxie confondent le Fauve avec un gorille ; lorsque le représentant du gouvernement, Henri Gyrich, est ligoté par Oeil-de-Faucon ; ou bien quand, faute de moyens, nos héros sont obligés de prendre le bus pour aller affronter leur adversaire ! Et puis comme souvent chez les Avengers, les relations dans l'équipe sont rongées par des conflits internes, notamment entre Captain America et Iron Man (tension qui culminera bien des années après dans la saga Civil War).


Le dessinateur George Perez n'était alors pas encore le maître qu'il est devenu par la suite, mais son talent était déjà indéniable, surtout quand il s'agit de dessiner des scènes avec un grand nombre de personnages (ce qui deviendra, entre autre, sa marque de fabrique). David Wenzel est en charge d'une partie des épisodes, et il ne démérite pas, même si bien entendu, son style est moins percutant.


Pour conclure l'album, nous retrouvons quelques épisodes très agréables où les Gardiens de la galaxie apparaissent en guest-stars avec l'Araignée ou Miss Marvel. Petit coup de cœur pour les quelques épisodes avec la Chose, dans lesquels apparaissent la version adolescente de Vance Astrovik, qui deviendra par la suite le Marvel Boy des New Warriors.


Cette intégrale constitue en fin de compte la suite directe du Marvel Vintage – La Promise d'Ultron (fortement recommandé lui aussi). Un mot sur l'édition française : les planches ont été numérisées et nettoyées ; les aplats de couleurs sont resplendissants. J'apporte cependant un petit bémol quant à la traduction, pas toujours heureuse ni cohérente sur certains dialogues. Rien qui ne vient réellement gâcher le plaisir de lire ou relire ces formidables épisodes. Les amateurs de comics historiques peuvent déjà se réjouir : la collection Intégrales de Panini France accueillera en 2016 les épisodes de Steve Ditko sur Docteur Strange et ceux de Jim Steranko sur Nick Fury, Agent of S.H.I.E.L.D. Rendez-vous est déjà pris !



Stéphane Le Troëdec




Jim Shooter (scénario), George Perez (dessins), collectif

Les Gardiens de la Galaxie, l'intégrale 1977-1980

Contient les épisodes Mighty Thor Annual 6, Avengers 167-168, 170-177, Ms. Marvel 23, Marvel Team-Up 86, Marvel Two-in-One 61-63, 69 par Marvel Comics

Édité par Panini France (26 août 2015)

Collection Marvel Classic

336 pages couleurs, papier glacé, couverture cartonnée

29,95 euros

EAN : 9782809450118

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.