Justice : Un hommage imposant, magnifique et jouissif

Justice couverture

Les auteurs de Earth X livrent une déclaration d’amour aux personnages DC Comics et plus précisément à l’Âge d’argent. Un hommage imposant, magnifique et jouissif.

Les super-héros de la Ligue de Justice a toujours fait de son mieux pour protéger la Terre et l'Univers des menaces les plus variées et diverses. Mais quand un cauchemar les montre en train de mourir les uns après les autres, le doute s’installe dans leur esprit. C’est ce moment que choisissent les super-vilains les plus machiavéliques pour se réunir au sein de la Légion du Destin. Mais curieusement, Luthor, Brainiac et cie annoncent vouloir solutionner les principaux maux de l’humanité…

Des super-vilains philanthropes ?

Il y a quelques jours, j’évoquais le comics The Authority dans lequel un groupe de super-héros décidait de prendre en main la protection de la Terre contre les plus grandes menaces. Une espèce de super-autorité mondiale et bienveillante. Dans Justice, il en va un peu de la même logique : et si des surhommes décidaient de prendre en main les choses, de ne plus laisser les humains décider de leur destin ?

Sauf qu’ici, et c’est l’originalité du pitch de Justice, ces surhommes sont des super-vilains. Et pas des moindre, puisqu’il s’agit grosso modo des nemesis des principaux héros DC : Superman/Luthor, Batman/Joker, etc.

 

Justice extrait 1

 

Une suite à Justice League – Icônes ?

Dans Icônes, Paul Dini et Alex Ross revenaient sur les origines des membres historiques de la JLA. Du moins à première vue. Parce qu’à bien y regarder, Icônes pointait du doigt discrètement les limites des justiciers, voire même leurs faiblesses.

Il faut croire que l’idée a fait son chemin dans l’esprit d’Alex Ross et qu’il a eu envie d’explorer cette idée. Dans Justice, Jim Krueger et Alex Ross nous racontent l’histoire de super-vilains qui prétendent faire mieux que les héros traditionnels. Offrir la richesse aux pauvres, soigner les maladies ou régler le problème de la faim dans le monde. Et du coup, se pose la question de savoir pourquoi Superman et ses amis ne l’ont jamais fait, eux.

 

Justice extrait 2

 

Silver Age

On savait Alex Ross grand fan des comics de l’Âge d’argent de DC. Il les dévorait quand il était enfant. Avec Justice, il se fait plaisir, soutenu par le scénariste Jim Krueger et le dessinateur Doug Braithwaite. Ce dernier s’est chargé de faire la mise en page et les esquisses qu’Alex Ross a travaillé avec son style « peint » si caractéristique.

Le résultat est une histoire en 12 épisodes très iconiques. Justice, c’est du lourd au propre comme au figuré, puisque l’ouvrage d’Urban Comics fait son poids (avec une belle qualité d’impression). Les personnages sont dans une version très classique. Par contre, néophytes, soyez prévenus : il y a une multitude de personnages secondaires et vous pourriez bien vous eetrouver un peu perdus. Heureusement, Urban Comics a eu la bonne idée de traduire une bonne cinquantaine de pages de bonus qui revient sur les personnages principaux.

► Et maintenant ? Justice League - Icônes !

 

Stéphane Le Troëdec

Retrouvez-moi sur mon blog !

Les références

Alex Ross, Jim Krueger (scénario), Alex Ross, Doug Braithwaite (dessin)

Justice

Édité en France par Urban Comics (7 juillet 2017)

Collection DC Essentiels

35,00 €

504 pages en couleurs sur papier glacé et sous couverture cartonnée

EAN/ISBN : 9791026811749

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.