Nanarland, le livre des mauvais films sympathiques 2 – Electric Boogaloo

Réjouissons-nous : la fine équipe de Nanarland revient en librairie avec une nouvelle salve de nanars. Dans ce tome 2, sous-titré « Electric Boogaloo », François Cau et les joyeux drilles du site Nanarland décortiquent une cinquantaine de mauvais films sympathiques. Comme dans le premier volume, le livre est organisé en plusieurs chapitres thématiques. Au programme donc : les films post-apocalyptiques, les nanars « militants », les gros bras aux muscles bien huilés, les nanars pour enfants (pas question qu’ils y échappent, eux aussi ont droit à leurs nanars !), les comédies musicales, et les comédies françaises et italiennes.

 

Le premier tome se montrait vraiment très pointu, avec une sélection de titres totalement inconnus du public, hormis d’une poignée de cinéphiles pervers. Ici, les rédacteurs commencent à toucher des films un peu plus connus ou, du moins, plus faciles à dégotter : Les guerriers du Bronx, Dragon Ball le film, ou encore Mon Curé chez les thaïlandaises.


Et puis surtout, il y a ici un bon nombre d’acteurs et d’actrices connus qui tiennent le haut de l’affiche : Alain Delon (avec Parole de Flic, polar kitsch et franchouillard), John Travolta (avec Battlefield Earth), l’immanquable Chuck Norris (Invasion USA), Jean-Claude Van Damme (Cyborg), Richard Bohringer (le post-apo raté Diesel) ou encore Jacques Demy et Francis Huster (le mélodique Parking !).

 

Du beau monde, des « clients » dirais-je, qui pouvait laisse craindre que Nanarland rentrait dans le rang, en s’ouvrant au grand public. En réalité, il n’en est rien. L’équipe de rédacteurs réalise le tour de force d’allier qualité de l’information et humour. On sent le sourire complice des auteurs sur chaque film, quand ils s’amusent à souligner les défauts de productions complétement foirées. Après tout, Nanarland pourrait n’être qu’une succession de textes potaches, mais il y a aussi un joli travail de renseignements et d’informations pour le lecteur curieux.

 

Enfin, il faut souligner l’abondance de citations et de répliques, toujours très bien vues et drôles.

 

Le risque avec un deuxième tome était de lasser. L’équipe de Nanarland s’en sort haut la main : le livre des mauvais films sympathiques 2 est un petit bonheur d’humour et d’information qui parvient à tirer la substantifique moelle de films proprement insupportables.

 

 

Stéphane Le Troëdec

 

 

 

Nanarland, le livre des mauvais films sympathiques 2 – Electric Boogaloo

Par François Cau et ses collaborateurs

Édité par Ankama (21 octobre 2016)

Collection Label 619

266 pages couleurs

19,90 euros

EAN : 9791033500087

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.