Preacher, tome 3

Avec ce troisième opus, Garth Ennis revient sur le passé de personnages de la série.

 

Le Saint des Tueurs, tout d’abord, avec une aventure en quatre épisodes dans laquelle Ennis explicite les origines de ce personnage haut en couleurs. L’occasion de mieux comprendre son rôle dans la trame générale de Preacher, mais aussi de nuancer un peu plus un personnage pour le moins monolithique. La présence de Steve Pugh aux dessins permet de changer d’univers graphique par rapport à Steve Dillon, le dessinateur attitré de la série (Le Saint des Tueurs était composé de quatre épisodes spéciaux hors-série). Le changement de dessinateur permet aussi de souligner que cette histoire se déroule dans le passé, à l’époque du Far West pour être précis. Garth Ennis s’y montre très à l’aise à mélanger fantastique, horreur et western.

 

Vient ensuite Cassidy, le vampire irlandais. Encore une fois, il s’agit d’un hors-série, cette fois-ci signé Steve Dillon. Contrairement au Saint des Tueurs, il ne s’agit pas ici des origines du personnage mais bien d’un flashback qui nous raconte une aventure se déroulant avant le premier épisode de Preacher. Garth Ennis s’amuse à écorcher les vampires gothiques et ténébreux à la Ann Rice, et la mode gothique en général. Si cette aventure semble de prime abord anecdotique, elle a néanmoins sont importance puisque les ennemis qui apparaissent ici reviendront quelques pages plus loin dans cet album dans la série régulièrement.

 

Et finalement, c’est cette dernière qui déçoit quelque peu. Disons qu’on a connu Ennis plus inspiré, et surtout plus mordant. Les aventures de Jesse Custer, Tulip et Cassidy en Nouvelle Orléans manquent un peu de l’esprit « sale gosse » que j’avais apprécié dans les deux premiers tomes. Ici, Garth Ennis commence par réorganiser les relations au sein du trio, avec une révélation qui me semble un peu parachutée (parce que jamais annoncée jusqu’à présent).

 

Garth Ennis invoque de vieilles connaissances, ou en invente de nouvelles, mais rien de réellement percutant pour le moment. Même le come-back de Tête-de-fion m’a paru loupé. Si j’écris « pour le moment », c’est parce qu’on se doute bien que Le Saint des Tueurs, Starr et cie, bref que tout ce beau monde va bien finir par chercher à se venger de nos trois amis. Sauf qu’Ennis pour le moment joue la facilité. Et moi je le préfère quand il prend des risques et se met en danger, quitte à exagérer (comme dans le tome deux).

 

Un tome trois un peu moins bon, parce que Garth Ennis me donne l’impression de temporiser. Espérons qu’il saura retrouver l’énergie des deux premiers dans le tome 4.

 

 

Stéphane Le Troëdec

 

 

Lire la critique de Preacher, tome 2

 

Garth Ennis (scénario) et Steve Dillon (dessins)

Preacher, tome 3

Édité en France par Urban Comics (25 mars 2016)

Collection Vertigo Essentiels

392 pages en couleurs sur papier mat sous couverture cartonnée

28 euros

ISBN : 9782365778503

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.