Preacher, livre 5

Alors que la saison 2 de la série télé sera diffusée dans un mois, voici l’avant-dernier volume de la série PREACHER. Toujours aussi provocatrice et jouissive dans sa peinture d’une Amérique à la dérive.

Jesse Custer a miraculeusement survécu à l’explosion nucléaire à Monument Valley. Quand il retrouve Cassidy et Tulip, son meilleur ami et son ancienne petite amie tombent dans les bras l’un de l’autre. Jesse Custer reprend la route seul. Mais avant de poursuivre sa quête du divin, il décide de prendre le temps de se ressourcer.

Jesse Custer pose ses valises à Salvation, dont il devient rapidement le shérif. Il se heurte alors au terrible Odin Quincannon, gérant d’un abattoir local, qui tient la ville sous sa coupe. La petite ville de Salvation va devenir le champ de bataille entre les deux hommes…

 

Une parenthèse dans la saga

La première partie de cet album sonne donc comme une pause dans la saga Preacher. Évidemment, chez Garth Ennis, pause ne signifie pas nécessairement repos et Jesse Custer va être bien occupé à Salvation. Odin Quincannon est un adversaire qui va donner du fil à retordre, et dont l’appartenance au Ku Klux Klan est la moindre des tares.

Un shérif malgré lui, un abattoir, un gérant totalement dément… Cela ne vous rappelle rien ?Beaucoup d’éléments de ces épisodes m’ont immédiatement fait penser à la série télé Banshee. Au point qu’on peut se demander si les scénaristes de Banshee n’ont pas lorgné sur ces épisodes de Preacher.

Cette parenthèse est fort bien trouvée de la part d’Ennis. D’une part, cette récréation permet au lecteur de respirer après les temps forts du tome 4 (et son explosion nucléaire). D’autre part, c’est aussi l’occasion pour Ennis de mettre en scène de nouveaux personnages particulièrement déjantés.

Preacher tome 5 jesse Custer shérif

Un instantanée jouissif des États-Unis

À l’époque de la sortie de ces épisodes, Axel Alonso est superviseur de la série pour le label Vertigo de DC. Dans son introduction de ce tome 5, il explique que Preacher est le miroir déformant de la psyché américaine. D’où l’utilisation de personnages particulièrement grotesques, comme les affectionne Garth Ennis.

Je soupçonne le scénariste de s’inspirer la rubrique des faits divers pour trouver l’inspiration et pour imaginer ces freaks cinglés. Et Steve Dillon n’a jamais été aussi bon que dans ce portrait délirant d’une Amérique réactionnaire. Jouissif.

Preacher tome 5 Welcome to Salvation

Un comics de super-héros

Toujours dans son introduction, Alonso propose une relecture intéressante de Preacher. La série serait bien un comics de super-héros, mais déguisé.

Jesse Custer serait donc un super-héros. Il a le costume, un super-pouvoir, un panel de super-vilains attitrés (particulièrement gratinés), des co-équipiers (Cassidy, Tulip), une histoire familiale pour le moins compliquée. Et il a une quête : retrouver Dieu et lui faire payer tout le mal qu’il a pu commettre. Tous les clichés du genre y sont, même si dissimulés par une écriture provocatrice à souhait.

Juste après la parution de ce tome 5, le trailer de la saison 2 de la série TV était diffusé sur Internet. Après avoir les lecteurs, Jesse Custer serait-il en train de conquérir les téléspectateurs ? On vous laisse sur le trailer de la saison 2 :

 

 

 

► Et maintenant ? Lisez la critique du tome précédent.

 

Stéphane Le Troëdec

Retrouvez-moi sur mon blog !

 

Les références

Garth Ennis (scénario), Steve Dillon (dessin)

Preacher, livre 5

Édité en France par Urban Comics (24 mars 2017)

Traduit par Jérémy Manesse

Lettré par Moscow Eye

Collection Vertigo Essentiels

28,00 €

390 pages en couleurs, papier mat, couverture cartonnée

EAN : 9791026811169

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.