Smith Smith : décalages

 

De la gamme immuable de la violence du monde Smith Smih vide partiellement l’espace. D’où, par le collage, une vision qui en isolant le fond contextuel prouve qu’elle est partout mais, en un mouvement inverse, les fonds bleus créent un courant alternatif.
Ce qui ne veut par dire pour autant que cette violence n’est nulle part.

Implicite, elle demeure noyée en un ciel d’eau si bien que des éléments orphiques se répondent. Des actes demeurent en suspens de sinistres.
D’où la présence de lieux hybrides et inconnus, entre envolée et précipice.
Les inscriptions premières du réel se trouvent décalées : la pérégrination vers la mort peut devenir un retour vers la vie.
Enfin presque.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Smith Smith, Livre, Littérature Mineure, octobre 2017, 8 euros.

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.