Hellboy, Lucha Libre et tequila

Hellboy, tome 15 – Au Mexique

 

1956, Mexique. Hellboy s’allie à trois catcheurs mexicains doués de pouvoirs surnaturels. Leur objectif ? Sauver un village envahi par les créatures de la nuit. Seulement les choses ne se passent pas comme prévues : Esteban, le plus jeune des catcheurs, est tué au cours d’un affrontement. Hellboy encaisse très mal sa disparition et sombre pendant cinq longs mois dans l’alcoolisme. Qu’a-t-il bien pu se passer pendant cette période qu’Hellboy aimerait oublier… ?

 

Mike Mignola explique dans un rédactionnel que l’idée de cet album lui est venu après avoir réalisé un dessin en 2004. Sur cette illustration, on y voyait Hellboy et un catcheur entourés de corps de monstres ; avec la mention « Palenque Mexico – 2 juin 1956 ». L’artiste suggérait donc que notre diable rouge avait vécu quelques aventures au Mexique. Dix ans plus tard, Mignola a eu envie de raconter cette période de la vie d’Hellboy à travers plusieurs récits courts.

 

« Hellboy au Mexique » détaille le destin d’Esteban et le rôle joué par Hellboy dans sa disparition. Richard Corben signe les dessins de cette introduction particulièrement réussies, puisque Corben s’approprie le personnage et l’univers d’Hellboy avec grâce, tout en conservant son style graphique inimitable.

Dans « Hellboy contre la momie aztèque », Mike Mignola dessine une histoire très courte et modeste. De l’aveu même de l’artiste, il s’agissait pour lui d’un prétexte pour dessiner « une chauve-souris géante et tout un régiment de momies ». Anecdotique mais réussi, comme à peu près tout ce que dessine Mignola.

 

L’histoire suivante par contre pourrait bien avoir de grosses répercussions pour le trame générale du monde d’Hellboy. Grande nouvelle : « Hellboy se marie », et pas avec n’importe qui : une créature maléfique. Et il a une bonne excuse ; il était saoûl. De quoi remettre en cause la célèbre prière « jusqu’à ce que la mort nous sépare ». Encore que, dans Hellboy, la mort est une notion toute relative… Sur des dessins du britannique Mike McMahon, Mignola nous sert une intrigue originale, portée par des chants traditionnels mexicains. Joli.

 

Je parlais il y a quelques semaines ici même du dernier album des jumeaux Fábio Moon et Gabriel Bá. Dans « L’Homme au cerceuil », ils confirment leur talent, dans un récit en deux partie ; chacun des frères dessinant sa section.

 

Enfin, Richard Corben signe la dernière histoire de cette compilation avec « La Maison des morts-vivants ». Oubliez Georges Romero et ses zombies, il s’agit d’un récit qui lorgne plus vers les classiques de la Hammer. Justement on y retrouve la créature de Frankenstein qui affronte sur le ring Hellboy dans un combat de catch surprenant. Une histoire qui éclaircie le début de l’album Frankenstein Underground publié il y a quelques semaines, toujours aux éditions Delcourt.

 

Hellboy au Mexique le confirme : tout le talent de Mignola scénariste consiste à digérer et adapter les légendes, mythes et folklores. Le passage de son personnage au Mexique est une réussite à tout point de vue. Et comme le choix des dessinateurs est particulièrement réussi, aucune raison de se priver de ces nouvelles aventures. À noter la bonne idée d’introduire chaque histoire par un rédactionnel signé Mignola, qui vient éclairer de son point de vue de créateur l’histoire qui va suivre.

 

 

Stéphane Le Troëdec

 

 

 

Mike Mignola (scénario), Richard Corben, Mike McMahon, Fábio Moon et Gabriel Bá (dessin)

Hellboy, tome 15 – Au Mexique

Édité en France par Delcourt (18 mai 2016)

Collection Contrebande

148 pages couleurs, papier glacé, couverture cartonnée

15,95 euros

EAN : 9782756078236

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.