Suivre ce groupe
Molière
Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673), auteur de comédies qui sont la peinture de son époque, acteur et directeur de troupe. Biographie de Molière.

L’Avare de Molière : Résumé

il y a 46 mois Suivre (4) · Utile  (1) · Commenter


Résumé : L’Avare de Molière (1668)

 

Harpagon, l’avare, n’aime que son argent ; il ne voit que des voleurs autour de lui, il soupçonne tout le monde de vouloir lui voler son argent. Son fils et sa fille causent-ils à part : « Je crois, dit-il, qu’ils se font signe l’un à l’autre de me voler ma bourse. » Il fouille le valet de son fils ; après avoir visité ses deux mains, il demande les autres. Il refuse à ses enfants le nécessaire, et son fils, réduit à manquer de tout, devient joueur. Harpagon l’apprend et au lieu de lui reprocher ce vice, il lui conseille de placer à gros intérêt l’argent qu’il gagne au jeu. L’Avare songe à établir ses deux enfants sans s’inquiéter le moins du monde de leurs goûts, il a fait choix d’une riche veuve pour son fils Cléante, et pour sa fille, Élise, du seigneur Anselme, un homme mûr qui n’a pas plus de cinquante ans, mais noble, doux, posé, sage et fort riche. Son intendant, Valère, qui aspire secrètement à la main d’Élise, lui fait quelques objections.

 

Harpagon n’a hâte d’établir ses enfants que pour épouser lui-même une jeune fille pauvre dont la beauté l’a charmé et qui apportera en ménage, à défaut de fortune, mille qualités précieuses, beaucoup de frugalité et d’économie. Il se croit obligé de l’inviter à diner, mais il s’agit de dépenser le moins possible. Harpagon tente de s’entendre avec son cuisinier, qui est aussi son cocher, dans une scène du dernier comique.

 

Pendant le repas, Harpagon découvre que son fils est épris de cette même Marianne qu’il veut épouser. Mais tout à coup, un affreux malheur vient lui faire oublier tous ses projets. Il s’aperçoit qu’on lui a volé sa cassette qu’il tenait enfouie dans son jardin et qui contenait dix mille écus. Son désespoir est au comble. Il accourt, sans chapeau, et s’écrie : « Au voleur ! au voleur ! à l’assassin ! au meurtrier ! Justice, je suis perdu, je suis assassiné ! on m’a coupé la gorge : on m’a dérobé mon argent. »

 

Il appelle à son aide, commissaires, archers, prévôts, juges, potences, bourreaux.

 

Maître Jacques, qui a à se plaindre de l’intendant Valère, l’accuse de ce vol. Cet intendant n’est autre que l’amant déguisé d’Élise, qui tâche de gagner la tendresse d’Harpagon en donnant dans ses maximes et en applaudissant à ce qu’il fait. Valère se croit dénoncé et au langage de l’Avare, s’imagine qu’il s’agit non de sa cassette mais de sa fille, ce qui amène de plaisants malentendus. À la fin, il se trouve que ce sont les enfants d’Harpagon qui ont fait disparaître la précieuse cassette afin de forcer leur père à abandonner ses projets. Le seigneur Anselme, qui n’est autre que le père de Valère et de Marianne, renonce à Élise en faveur de son fils, et l’Avare renonce à son tour à Marianne, consent à tout, à condition qu’Anselme fasse les frais de ces doux mariages et qu’on lui rende sa chère cassette.

 

La comédie de L’Avare n’eut pas d’abord tout le succès qu’elle méritait parce qu’elle était écrite en prose. On croyait à cette époque qu’une bonne comédie ne pouvait s’écrire qu’on vers.

 

Rousseau a taxé L’Avare d’immoralité : « C’est un grand vice assurément d’être avare et de prêter à usure, mais n’en est-ce pas un plus grand encore à un fils de voler son père, de lui manquer de respect, de lui faire les plus insultants reproches, et quand ce père irrité lui donne sa malédiction, de répondre d’un air goguenard, qu’il n’a que faire de ses dons ? Si la plaisanterie est excellente en est-elle moins punissable ? Et la pièce où l’on fait aimer le fils insolent qui l’a faite, en est-elle moins une école de mauvaises mœurs ? » M. Saint-Marc Girardin a discuté l’opinion dé Rousseau. « Harpagon, dit-il, nous amuse, non comme père mais comme avare ; et si son fils lui manque de respect, c’est que dans ce moment, l’avare, l’usurier et le vieillard amoureux, les trois vices ou les trois ridicules d’Harpagon, cachent et dérobent le pire. Quand le père oublie l’honneur, le fils oublie le respect qu’il doit à son père. Ne nous y trompons pas, en effet, c’est un beau titre que celui de père de famille. C’est presque un sacerdoce ; mais c’est un titre qui oblige, et s’il donne des droits, il impose aussi des devoirs. Je sais bien qu’un fils ne doit jamais accuser son père, même s’il est coupable, mais c’est  là le précepte, ce n’est point hélas la pratique sinon des fils vertueux. Or, Molière, dans L’Avare, n’a pas entendu le moins du monde nous donner Cléante pour un fils vertueux que nous devons approuver aux dépens de son père : il a voulu seulement opposer l’avarice à la prodigalité, parce que ce sont les doux vices qui contrastant le plus l’un avec l’autre, peuvent par cela même se choquer et se punir le plus efficacement. »

 

 

[D’après Daniel Bonnefon. Les écrivains célèbres de la France, ou Histoire de la littérature française depuis l'origine de la langue jusqu'au XIXe siècle (7e éd.), 1895, Paris, Librairie Fischbacher.]

 


 

il y a 46 mois Suivre (4) · Utile  (1) · Commenter

38 commentaires

SiiSY
SiiSY il y a 39 mois

Je me demande si vous savez c'est quoi un résume ?
C'est tros long pour un résumer

Loïc Di Stefano il y a 39 mois

Prenez, SiiSy, ce qui vous plaît dans notre travail, mais par pitié un peu de français dans votre question aurait aussi été gentil :-) (cherche et trouve : 2 fautes d'orthographe et une horreur grammaticale)

Chroniqueur
Thierry Maugenest il y a 39 mois

En cherchant bien, il y a même 3 fautes et un barbarisme... Quant à nos copieurs/colleurs de résumés, si le sujet n'était pas tabou dans l'Education nationale, ils pourraient aussi se demander si l'auteur de l'Avare est bien Molière...

rony akadje
rony akadje il y a 38 mois

cool tres belle oeuvre

fatoumata
fatoumata il y a 38 mois

Ses œuvres sont fascinantes cool

Marie1006
Marie1006 il y a 37 mois

Le 5eme paragraphe pour moi n'est pas très clair quelqu'un aurait-il  la gentillesse de me l'expliquer ? :$ :"Maître Jacques, qui a à se plaindre de l’intendant Valère, l’accuse de ce vol. Cet intendant n’est autre que l’amant déguisé d’Élise, qui tâche de gagner la tendresse d’Harpagon en donnant dans ses maximes et en applaudissant à ce qu’il fait. Valère se croit dénoncé et au langage de l’Avare, s’imagine qu’il s’agit non de sa cassette mais de sa fille, ce qui amène de plaisants malentendus."

Loïc Di Stefano il y a 37 mois

il y a deux semaines, Marie1006, vous nous disiez pourtant "Je trouve ce résumé très bien, votre site est très utile !" 

Que c'est-il passé depuis ?

MONICA VALERE
MONICA VALERE il y a 37 mois

J'adore trop top il est vraiment avard je comprend maintenant le titre . merci :D

justin972
justin972 il y a 36 mois

bonjour je voudrais savoir si cette pièce a été bien accuellie ou pas ? 

Loïc Di Stefano il y a 36 mois

Bonsoir Justin972

Voici votre réponse : 

La première de L’Avare eut lieu le 9 septembre 1668 au théâtre du Palais-Royal. La pièce ne remporta pas tout d’abord le succès escompté. Habitué aux grandes comédies en vers, le public n’apprécia guère le texte en prose, qui gênait ses habitudes et qui ne respectait pas les conventions du genre.

La comédie en cinq actes fut représentée neuf fois. Reprise le 14 décembre de la même année, elle fut donnée environ quarante fois entre cette date et la mort de Molière (17 février 1773). Aujourd’hui, L’Avare est un classique de la culture scolaire et le jeune public continue à s’intéresser à cette comédie qui pose si bien le problème de l’autorité des parents sur les enfants et qui parle d’amour en termes toujours actuels. C’est également depuis 1680, la comédie de Molière la plus représentée à la Comédie-Française après Le Tartuffe (quelque 2500 représentations).


textes tirés de L’Avare de Molière, petits classiques, Larousse 


vous trouverez cette source dans le dossier "école" du Centre dramatique fribourgeois consacré à l'Avare : http://itabafr.wikispaces.com/file/view/Dossier_ecoles(avare).pdf

Le salon littéraire
à suivre sur le salon littéraire










● LE MEILLEUR DES LIVRES

La sélection d'Annick Geille des meilleurs livres de la période avec des extraits exclusifs.





● LES RENCONTRES DU SALON
Retrouvez les interviews du Salon littéraire. 

 NE LISEZ PAS CES LIVRES !
Et si les écrivains eux-mêmes vous donnaient dix bonnes raisons de ne pas lire leurs livres !

biographies et résumés d'oeuvres
 BIOGRAPHIES D’AUTEURS
Panorama de la littérature de tous temps et de tous pays. Biographies d'auteurs.

 RÉSUMÉS D’ŒUVRES
Résumés et analyses des grandes œuvres de la littérature classique et moderne.

retrouvez nous aussi sur