Justice League Rebirth, tome 1 – Les Machines du chaos

Avec Justice League Rebirth, Bryan Hitch et Tony Daniel livrent des épisodes très classiques et particulièrement réussis, bourrés d'action et d'aventure. La Justice League qu’on aime est de retour, qu’on se le dise ! Et avec un esprit d'équipe à nouveau mis en avant !

 

« C’est un travail pour Superman. Pour toi.

Tu vas devoir accomplir l’impossible.

Tu vas devoir aller au centre de la Terre. »

 

Superman est mort. Rassurez-vous, je veux parler du Superman de l’univers New 52, celui réinventé et relooké à l’occasion du vrai faux relaunch de 2011. Seulement le VRAI Superman, l’unique, « l’historique », est toujours en vie, lui. Clark Kent vit en couple avec Loïs Lane et leur fils. Mais il a beau vouloir faire profil bas, il sait bien que tôt ou tard, il finira par renfiler le costume de Superman. Lorsque la Terre est menacée par une étrange invasion extra-terrestre, la Justice League est vite débordée. Ses membres accepteront-ils l’aide de ce Superman que personne ne connaît ?

Le retour de Bryan Htich sur la Justice League

Depuis longtemps, la Justice League a un rôle structurant, impulse pas mal d’événements. Pendant la période New 52, la série a rythmé l’univers DC au fil des sagas, du Trône d’Atlantis à la Guerre de Darkseid. La série bénéficiait de l’apport inestimable de Geoff Johns, scénariste à la fois amoureux du DC « classique » mais en même temps capable de moderniser des concepts vieux de plusieurs dizaines d’années.

Autant dire que l’annonce de la reprise de la série post-Rebirth par Bryan Hitch a suscité pas mal d’inquiétudes. Bryan Hitch, on l’a déjà vu à l’œuvre avec les membres de la JLA, et le moins qu’on puisse dire c’est que le résultat n’était pas fabuleux. Pourtant, l’artiste avait un CV des plus fournis et solides : Stormwatch, The Authority, ou encore Ultimates. Des séries qui de plus « collaient » bien avec le principe de la JLA : des menaces si extraordinaires qu’elles nécessitent l’alliance des plus grands héros de la Terre.

 

 

L’esprit d’équipe

Et bien il faut croire que Hitch a été plus inspiré avec cette nouvelle mouture de la JL. Alors on reste dans un canevas très classique, que certains jugeront même trop classique. En gros, c’est la Justice League contre des extra-terrestres belliqueux. Point. Mais Hitch propose des éléments à la marge des plus intéressant. Par exemple, rien que l’arrivée du Superman historique constitue une situation originale et amusante. Batman ne lui fait pas confiance (mais pouvait-on s’attendre à une autre réaction de sa part ?). L’ajout de deux nouveaux Green Lantern apporte aussi un plus et du sang neuf. Bref, tous ces personnages doivent apprendre à travailler ensemble.

 

 

L’atout Tony Daniel

C’est justement tout ce côté relationnel qui m’a plu. Enfin, on a l’impression qu’on assiste à la construction d’un groupe, et pas d’une somme d’individualité comme l’était la Justice League de Geoff Johns. Il y a des petits détails et autre à-cotés qui me font espérer que Hitch a trouvé le mode d’emploi du titre.

Le dernier bon point de ces cinq premiers épisodes, ce sont les dessins de Tony Daniel. Si vous en étiez restés à The Tenth ou F5, vous allez être surpris. Le style de l’artiste a fortement évolué. Il a perdu de son influence manga : fini les gros monstres grotesques et les jeunes filles longilignes à grosses poitrines. Les dessins de Tony Daniel font plaisir à voir et il multiplie les poses iconiques de rigueur sur ce titre.

 

► Et maintenant ? Quand Grant Morrison transformait la Justice League of America !

 

Stéphane Le Troëdec

Retrouvez-moi sur mon blog !

 

Les références

Brian Hitch (scénario), Tony Daniel (dessin)

Justice League Rebirth, tome 1 – Les Machines du chaos

Édité en France par Urban Comics (9 juin 2017)

Traduit par Edmond Tourriol

Lettré par Stephan Boschat (studio Makma)

Collection DC Rebirth

15,00 €

168 pages en couleurs sur papier glacé et sous couverture cartonnée

EAN/ISBN : 9791026811220

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.