Destinations insolites, la Mongolie et la Namibie

Si éloignés qu’ils soient puisqu’appartenant à deux continents, résolument différents par leur histoire, leur peuplement, leur richesse ou son absence, l’un bordé par la mer, l’autre sans y avoir d’accès, de nombreux points les relient, et d’abord cette beauté naturelle, intacte, que l’immensité et la variété des paysages accroissent. A l’est, asiatique, entre la Chine et la Russie, centre d’un empire puissant et conquérant, montagneuse, désertique, vide le plus souvent, s’étale la Mongolie. A l’ouest, africaine, entre l’Angola, le Botswana, la Zambie et l’Afrique du Sud, vide aussi en majorité, colonie allemande à la fin du 19éme siècle jusqu’à la Première guerre, abritant d’admirables peintures rupestres, s’étend la Namibie. Terre « de pierre, de sable et de vent », les mots pour décrire celle-ci ; terre de steppes, de neige et aussi de vent, ceux qui parlent de celle-là ! Destinations insolites, offrant la magie de deux univers opposés que tant de traits pourtant rapprochent, en raison autant de l’intérêt de leurs environnements naturels encore préservés que de l’accueil et la générosité des habitants, démunis et hospitaliers. Les deux biodiversités, riches et inégalées ailleurs, naissent de climats tranchés, extrêmes, été austral ici, hiver glacial et été torride là. A égalité, pour des raisons simples et à la mesure de leur originalité, ces deux pays fascinent.

 

Dernier état nomade existant sur la planète, la Mongolie équivaut à trois fois la France. On imagine combien ces étendues sont âpres à dominer et combien depuis les temps immémoriaux, la vie - voire la survie - demeure une lutte constante, perdue apparemment, regagnée lentement, fragile et solide, qui se transmet et se conserve grâce aux traditions. Dans cette société communautaire, on pense évidemment à la yourte, aux formes bien connues, qui en est le symbole fort. C’est « un océan d’herbe » qu’il faut apprivoiser quand on parle de la steppe qui pare le sol. Entre le désert de Gobi, d’une étrangeté de lignes surprenante surtout dans ses ruptures et ses accidents dont les dimensions sont infinies et Ulaan Baator, la capitale, désormais soumise aux flots des taxis jaunes et des voitures, ce sont deux mondes qui coexistent et s’ignorent. Troupeaux de rennes dans la Taïga rouge, lacs aux eaux de cristal de la partie sibérienne, aigles de l’Altaï, petits chevaux sauvages et robustes, chameaux sobres et compagnons des longues marches des hommes, ovoo chamanique, tous les visages aussi séduisants et authentiques les uns que les autres se dévoilent dans le livre de la Mongolie.

 

Autre latitude, autre regard. La Namibie possède des dunes de sable aux formes pures et ondulantes, se frange de vagues bleues déferlant sur les côtes, se hérisse de montagnes ocres sans « l’étincelle verte » de la moindre herbe, abrite des girafes et des koudous, des éléphants et des dik-dik qui sont la proie des lions. L’objectif de l’appareil et notre œil à sa suite voyage jusque dans la région reculée du Kaokoland, capte les diaprures des chutes d’Epupa, fixe les spectaculaires plissements de l’Ugab, isole les bijoux des femmes de la terre himba. Dans ce second volume, voisin dans sa présentation de l’autre, ce sont également les multiples aspects de cette vaste nation qui sont exposés à la curiosité du lecteur.  

 

Les deux livres qui viennent d’être publiés apportent, par l’ampleur de la documentation photographique - les textes sont seulement introductifs aux séries de photos - une nouvelle perception de ces nations méconnues, hors des circuits courants, et complètent nos  connaissances géographiques, il faut le dire, limitées. D’où l’intérêt de ces ouvrages avant tout visuels, ce qui est une autre méthode pour nourrir la mémoire. La qualité des reproductions prouvent que les auteurs qui ont voyagé longtemps et en profondeur dans ces pays veulent faire partager l’amour qu’ils ont pour ces terres et ceux qui les peuplent.

 

Dominique Vergnon

 

Cécile Domens, Richard Fasseur, Mongolie, racines nomades, 30x24 cm, 200 pages, 260 illustrations couleurs ; avril 2013, Editions Cacimbo, 46 euros

  

Olivier Michaud, Namibie, au-delà des dunes et des océans, 30x28 cm, 224 pages, 160 illustrations couleurs ; avril 2013, Editions Cacimbo, 46 euros  

Aucun commentaire pour ce contenu.