Roland Fischer : le portrait et sa hantise


 

Spécialiste de la photographie documentaire Roland Fischer (né en 1958 à Sarrebruck)  est un des artistes phares de la scène allemande contemporaine.
Pour sa série phare « Los Angeles Portaits »  il travailla dans la ville en créant des mises en scène sophistiquées : il  plaça par exemple ses modèles au bord d’une piscine pour les cadrer sur le fond monochrome de l’eau. Plus tard il partit en Chine pour différents cibachromes.


S’en dégage toujours quelque chose de neuf qui exclut la froideur comme tout sentiment. Demeure une ingéniosité pénétrante capable de suggérer le trouble des apparences ou la fêlure existentielle non sans une sensualité paradoxale. La statique des poses catalyse une force passive, le flot obscur d’un sombre désir, d’une attente et d’une perpétuelle interrogation.

Les visions jouent sur l’ambiguïté sous le sceau des figures isolées (à Los Angeles) ou en groupe (Chine).

Mais  tous les portraits sont à voir comme autant de fantômes ou de spectres venus hanter le monde des vivants. Surgit aussi la réalité d’une incontournable naissance d’un homme  au sein d’une société qui condamne à jouir de la vie comme à en souffrir, pour y rencontrer sans cesse l’ombre portée de ce qui n’est plus comme sur ce qui n’est pas encore.

Jean-Paul Gavard-Perret

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.