Barbara Polla : états des lieux

"Et puis la peur est arrivée
Comme un vol de phalènes
La peur manipulée
La peur cajolée magnifiée déguisée
La folie démasquée
Prenez bien soin de vous
La peur ça rassure
Ça rassure de ne rien faire
L’équinoxe devenu solstice
La peur aux interstices"

C'est ainsi que Barbara Polla met en scène l'espace-temps qui a réuni pendant le confinement, Chloé Arrouy,, Jeroen Cabtryn, Orianne Castel, Véronique Caye,Christine Guinard, Nathalie Guiot, Nikias Imhoof, Mimi Kunz, Rachel Labastie, Selçuk Mitulu, Karelle Ménine, Erik & Noah Pardaens, Barbara Polla, Eva Magyarosi, Cyrille Zoé Polla, Elya Verdal, Virginie Procureur et Sofie Verraest.

Apparaissent diverses lignées de poésie "peinture" qui joue du récit, de l'évocation voir d'expériences conceptuelles .Nikias Imhoof se rapproche du minimalisme beckettien :  
"Quand la voix
Quand la voix doit sortir
Quand comprimée la voix doit sortir
La voix se doit 
Quand".

Elya Verdal et Virginie Procureur dans une correspondance "À fleur de peau"  créent des lettres d'amour qui ne s'écrivent pas, Christine Guinard préfère le conte et Orianne Castel, des histoires de peinture aux couches purpurines et équivoque. Quant à Chloé Arrouy la substance poétique file vers des visions ironiquement numériques ; avec "Cmt empêcher les étoiles de mourir".
Toutes ces histoires sont des moyens pour savoir quoi faire de sa vie et de son temps

Ces hybridations constituées de poèmes et d'œuvres d'art créent des Courtyards and Symmetric Settlements selon des surfaces abstraites (même si elles gardent comme base une forme de réalité) et   des histoires d'amour au moment où le confinement – au nom de la peur pour protéger du dehors – recrée une vie intérieure que de telles créatrices habitent du charme et de l'intelligence de leurs œuvres.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Barbara Polla (sous la direction de), Équinoxe - Souvenirs d'un printemps confiné, Pan des Muses, Éditions de la SIÉFÉGP, Grenoble, décembre 2020, 100 p.-, 16 €

Aucun commentaire pour ce contenu.