Catherine Millet : reprise

À l'aune de La vie sexuelle de Catherine M et du livre de précisions qui l'a suivi, celui-ci semble perdre son caractère audacieux. Mais en partie seulement. Car, si le but est désormais différent,  d'autres révélations piquantes sont présentes. Celles qui permirent à une inconnue du monde de l'art d'en devenir la prêtresse. Elle ouvrit, d'abord à côté de Daniel Templon, le monde à l'art conceptuel (entre autres) et plus généralement à l'art contemporain qui succéda à celui des avant-gardes.
Catherine Millet écrit cette entrée dans l'art sans tricher et montre comment payer de sa personne ouvre des portes. Il y faut un courage certain. Et face à cet état de fait des glousseurs plus ou moins malveillants n'auront qu'à se taire.  Se découvre une jeune fille désargentée et sans grande culture qui quitte sa banlieue pour le Saint-Germain-des-Prés des artistes et des galeries d’art.
La vie intime et la vie professionnelle inéluctablement se mêlent dans ce livre de formation intellectuelle et sexuelle. Sous la nudité du propos se cache une ambition aussi sérieuse que ludique. Manière de montrer que la vie est ce qu’on ose. Même sur le plan esthétique. Surtout même. Et celle-ci peut devenir une "morale" paradoxale capable de faire bouger bien des lignes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Catherine Millet, Commencements, Flammarion, août 2022, 320 p.-, 20€

Aucun commentaire pour ce contenu.