La Musardine met le point sur… le G

Oui, je sens déjà l’œil qui brille. La répartie cinglante. Facile me diriez-vous ? Sans doute, mais fallait oser. La Musardine l’a fait : et pourquoi les femmes ne pourraient-elles pas écrire de l’érotisme ? D’ailleurs tout le monde sait bien que Histoire d’O. est le fruit (défendu) de Dominique Aury. Donc, quitte à faire les choses, les faire bien.

La Musardine a donc confié les clés à Octavie Delvaux, déjà connue pour ses talents d’écriture.

 

Il y a littérature érotique et littérature érotique. Un lectorat masculin et un lectorat féminin. Lequel savoure tout aussi bien les écrits salés. Nous ne sommes pas ici dans l’érotisme guimauve. Les femmes ne veulent plus de pincettes pour décrire les actes sexuels. Et elles aiment que cela soit très hot !

 

Alors à qui d’autres qu’à des femmes demander la pareille ? Qui mieux qu’elles pour s’adresser aux ventres des lectrices, à toutes les sensations organiques qui s’y développent ? Avec cette collection, Octavie Delvaux souhaite offrir aux lectrices une immersion dans tout type d’environnements, une multitude de personnages, de situations, de décors…

En cela, le livre d’Anne Vassivière répond à tous ces critères. Sorte de Vie, mode d’emploi de la sexualité d’un immeuble cossu, nous plonge, dès la première page… dans les cons de ces dames auscultés par une drôle de gynéco. Lesbienne, coquine, un peu vicieuse aussi. Au point qu’elle s’autorise une seconde de plus à palper un sein, à titiller une lèvre. Tout un art de la suggestion qui finit par séduire la propriétaire de l’immeuble. Grande bourgeoise catholique coincée qui, comme tout bloc de glace, finira par fondre sous les petits coups de langue bien avisés de la doctoresse…

Une première version parue en 2015 chez l'incubateur Lulu, comme quoi le compte d'auteur peut mener loin...

 

S’en suivra tout une panacée de colocataires embourbés dans des relations particulières. Quand ce n’est pas la concierge qui arrondit ses fins de mois avec l’un d’eux. Entre rencards coquins et listes d’envies, fantasmes et pseudo histoires d’amour, il y a bien du gaz à tous les étages…

Littérature pointue pour lecteurs avertis, mais ici ce que l’on remarquera c’est l’écriture. Comme il y a navet et grand film X. Il y a aussi les livres à lire d’une main. Mais ceux-ci, non. Collection point G, c’est point de croix : une maille à l’endroit une à l’envers. Poésie érotique. Plaisir saphique. Orgasme à plusieurs. Sodomie roborative. Fellation lyrique. Carte blanche !

 

Annabelle Hautecontre

 

Anne Vassivière, Parties communes, La Musardine, coll. « .G », mars 2017, 246 p. – 16,00 euros

1 commentaire

Merci pour l'article.