Marry Higgins Clark, La reine du bal : Plongée au cœur de la haute société

Virginia Wakeling, une richissime veuve a été tuée lors du gala du Metropolitan Museum dont elle était l'une des plus généreuses donatrices. Trois ans plus tôt, la police avait supposé qu’elle avait été assassinée mais, faute de preuves, l'affaire n'a jamais été élucidée. 

Laurie Moran, de la série Suspicion, décide de consacrer une émission à cette énigme. Très vite, elle découvre que Virginia était une femme très entourée, très courtisée et que les suspects ne manquaient pas.

En premier lieu, Ivan, son petit ami nettement plus jeune, à qui elle avait offert de nombreux cadeaux, lui permettant d’ouvrir une salle de sports à new York.

Le jeune homme apparaît comme le suspect idéal, surtout aux yeux des enfants de la veuve, Carter et Anna qui voyaient d’un très mauvais œil leur mère dilapider leur héritage au profit du gigolo. D’autant plus qu’elle avait souhaité changer les termes de son testament en leur défaveur.

Il y a aussi Tom, un cousin, le mouton noir de la famille, qui, également déshérité semble faire partie de ceux qui auraient pu vouloir éliminer la « Reine du bal » en la faisant passer un soir de fête par dessus la rambarde du musée.

Tous étaient présents lors de la soirée caritative en compagnie de personnalités en vue, de collectionneurs, de promoteurs immobiliers, d’entrepreneurs, de people ou de personnes... un peu décalées.

Dans cette nouvelle enquête de Laurie Moran, le suspens est au rendez-vous. Beaucoup de monde avait intérêt a se débarrasser de la veuve, mais au fil d’un récit dans l'univers à la fois frivole et impitoyable de la jet-set new-yorkaise, les masques tombent, les enfants trop gâtés se dévoilent, les caractères s’affinent et le meurtrier n’est peut-être pas celui que tout désignait. Encore que…

Avec la Reine du bal, Mary Higgins Clark et Alafair Burke offrent une nouvelle plongée au cœur de la haute société où chacun connaît son rôle et l’âpreté qu’il lui a fallu pour le conquérir, où les erreurs de jeunesse ou de naissance ne sont jamais pardonnées par les personnes en vue.

Brigit Bontour

Marry Higgins Clark, Alafair Burke. La reine du bal, Albin-Michel, novembre 2017, 393 pages, 20,90 €

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.