Croquemitaines, livre 1

Couverture Croquemitaines livre 1

Mêlant comics et manga, Croquemitaines, la dernière création originale de Glénat Comics, revisite les univers doux mais lugubres de Tim Burton et Neil Gaiman. Une réussite.

En ouvrant Croquemitaines, on ne sait plus très bien si on tient un comics, une bande dessinée franco-belge ou un manga. Djet, le dessinateur, a brouillé les pistes pour plonger le lecteur dans un mélange graphique des plus réussis. Pour le design de ses créatures, l’artiste va chercher son inspiration au-delà de la BD : « je suis fan de jeu vidéo, mais je me raisonne car je suis facilement accro et j’ai dû en abandonner certains, ça devenait nuisible à ma vie personnelle et à mon travail ».

Les monstres, ça n’existe pas.

Croquemitaines s’ouvre sur une scène de meurtre, celui des parents du petit Elliott. L’assassin se met à pourchasser Elliott. Et C’est l’intervention de « Père-la-Mort » qui sauve le petit, terrifié. Mais qui est donc ce curieux personnage ? « Père-la-Mort » est un croquemitaine, une créature ancestrale qui vivait cachée dans la cave de la maison. Elliott découvre alors que notre monde est habité par des créatures surnaturelles qui se livrent une guerre farouche. S’il est vieux et puissant, « Père-la-Mort » s’est retiré du conflit, pour une raison qu’on ignore. Évidemment, l’assassinat des parents d’Elliott n’est pas tout à fait un hasard. Et le croquemitaine bienveillant et le petit garçon de fuir la maison, pourchassés par l’assassin et d’autres étranges créatures…

« Le croquemitaine voyage de nuit,

Dans toutes les caves, sous tous les lits,

Il traîne ses guêtres sans aucun bruit,

Prends garde à toi, passé minuit. »

 

Croquemitaines volume 1

Entre douceur et épouvante

Avec Croquemitaines, le scénariste, Mathieu Salvia, livre une relecture personnelle du thème du deuil. C’est l’occasion pour lui de mélanger plusieurs univers : le monde de l’enfance et l’épouvante. Si bien que l’histoire navigue en permanence entre douceur et tristesse. Du coup, Croquemitaines évoque par moment les univers de Tim Burton ou de Neil Gaiman. Des pointures dans le genre.

 

Croquemitaines livre 1 extrait assassinat parents Elliott

L’Étrange vie d’Elliott

De nombreux éléments de ce premier tome m’a beaucoup fait penser à L'Étrange Vie de Nobody Owens, une des plus belles lectures de ces dernières années : le meurtre des parents, le jeune garçon projeté dans un univers surnaturel, le monstre au grand cœur comme tuteur, de mystérieux ennemis qui pourchassent le héros… Oui, mais ici, le traitement graphique se veut moins classique que chez Neil Gaiman. Mathieu Salvia et Djet y apportent un peps, un dynamisme et une modernité rafraîchissants. Si bien que je suis très curieux de lire la conclusion. Ça tombe bien : le tome 2 sort rapidement à la fin du mois.

► Et si vous lisiez… La critique de L'Étrange Vie de Nobody Owens, le chef d’œuvre de Neil Gaiman ?

Stéphane Le Troëdec

Retrouvez-moi sur mon blog !

 

Les références

Mathieu Silva (scénario) et Djet (dessin)

Croquemitaines – Tome 1

Édité en France par Glénat (12 avril 2017)

Collection Comics

128 pages couleurs, papier glacé, couverture rigide

17,95 euros

EAN : 9782344014677

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.