Neil Gaiman en conférence de presse

Le 27 octobre dernier, la presse a été conviée dans le troisième arrondissement parisien au sein du sympathique café Le Progrès. La raison, une rencontre exclusive avec Neil Gaiman à l’occasion de la sortie sur notre territoire de son dernier roman l’Océan au bout du chemin. Un véritable événement, la dernière venue de l’écrivain anglo-saxon à Paris datait de près de dix ans. Petit florilège de questions-réponses survenues lors de cette rencontre.


Ce qu’il aime écrire, ce qu’il aimerait écrire.

"On me parlait des livres que les éditeurs refusaient… ils voulaient souvent quelque chose de différent… cela me semblait triste d’être empêché d’écrire. J’aime écrire sur des genres divergents. Je voulais ressembler à Ray Bradbury car il écrivait de tout… En outre mon media préféré est la dramatic radio car il tire sa puissance de plusieurs medias différents."


La naissance de l’Océan au bout du chemin, ses origines, son succès

"Ma femme est musicienne. En janvier 2012, elle est partie à Melbourne pour composer. Je ne l’avais jamais accompagnée. J’étais en Floride à ce moment-là, et nous ne pouvions parler longuement, car elle était prise par son travail. Je voulu écrire alors quelque chose de romantique, une nouvelle sur elle, pour elle. Je voulais écrire quelque chose qu’elle aimerait, en parlant de moi, de mon enfance, de mes amitiés. Après une semaine, je m’aperçu que la nouvelle était très longue. J’ai continué à écrire. Au final j’ai écrit un roman par accident. Beaucoup pensait que c’était très personnel et peu commercial. Quand il fut le best-seller numéro 1 pendant cinq mois et élu roman de l’année en Angleterre, j’étais heureux que mon livre étrange ai eu autant de succès…"


Ses rapports avec le comic-book

"Afin d’être libre j’ai refusé il y a bien longtemps un contrat d’un million de dollars ; je voulais faire ce que je voulais Il y a beaucoup de bonnes choses produites encore aujourd’hui quelque soient les maisons d’édition Internet et Kickstarter publie également beaucoup de choses. C’est ironique car aujourd’hui les comics ont plus de succès avec les adaptations télévisées et cinématographiques mais si cela peut aider le media à survivre en période de crise c’est déjà ça."


Neil Gaiman projette une suite de Sandman pour DC comics, une adaptation télévisée et une suite à American Gods.


François Verstraete 


Remerciements à Anne Vaudoyer et son équipe pour nous avoir inviter à cet événement

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.