Emilie, une aventure épistolaire - Gérard Oberlé

Chère Émilie,

Pour cette fois, ce n’est pas Gérard Oberlé qui vous écrit, mais moi, pour vous parler de lui. Je viens d’achever vos presque sept années de correspondance avec le Maître (il détesterait ce sobriquet je crois), et plus que jamais je suis convaincu que l’idéal de vie se situe au carrefour entre Alberto Manguel, Gérard Oberlé, Nick Tosches et moi.


Délicieuse Émilie, je vous entends déjà hurler au loup prétentieux ; qu’est ce que cet huluberlu qui parle de lui à la troisième personne et qui se prend pour le quatrième pied du fauteuil idéal ?! Mais c’est que l’idéal de vie est personnel et incessible !


En ces temps de concours de beauté politicien(ne) permanent, plus que jamais je veux affirmer ma liberté de préférer la Littérature et les Arts au travail car seuls ces premiers sont essentiels (au sens propre du terme) ; ma liberté de préférer un Cohiba, un Balmoral ou un Puros à toute activité de nature sportive, de gastronomer sans bouger et de cultiver Bacchus plutôt que l’eau de la claire fontaine. Votre correspondance avec Gérard Oberlé est, Chère Émilie, l’illustration et la preuve in vivo que ce choix de vie qui est le mien est non seulement réaliste mais encore le seul dans lequel je puisse m’épanouir.

Enfin, Chère Émilie, pour rendre hommage à ce Gérard Oberlé que nous admirons tous les deux, je m’en vais moi aussi vous concocter un coquetèle à ma façon pour  rafraichir votre vie en rose…


Picon Club

Dans un ballon

1/4 d’Amer Picon
3/4 de vin blanc sec, de préférence de Bourgogne


Philippe Rubempré


Gérard Oberlé, Emilie, une aventure épistolaire, février 2012, éditions Grasset, 318 pages, 19 €

1 commentaire

Y'a aussi le FX que j'ai déposé, non pas à la SACD mais chez Costes, cet été : 1/3 whisky 12 ans d'âge 1/3 glace pillée 1/3 Schweppes ; et tant pis pour les puristes... :-)