Alsace-Lorraine, hommage à François Roth


L'historien de la frontière

 

Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Nancy, François Roth s’est fait connaître en publiant chez Fayard en 1990 une synthèse remarquable sur la guerre de 1870, le conflit fondateur de l’inimitié franco-allemande jusqu’en 1945. Il a aussi publié les biographies de deux personnalités lorraines qui ont marqué l’histoire de France, Raymond Poincaré (Fayard, 2000) et Robert Schuman (Fayard, 2008). Récemment, il avait publié Six mois qui incendièrent l’Europe, Juillet-décembre 1914 (Tallandier, 2014), un travail clair et remarquable alliant la clarté de l’analyse et le détail de l’érudition. On attendait encore beaucoup de lui mais il mort des suites d’un accident de la route en mai 2016.

 

L’Atlantide de la mémoire

 

Ce livre sur l’Alsace-Lorraine est un peu une suite de son ouvrage sur la guerre de 1870-71 et se penche sur le devenir de ces deux provinces annexées suite au traité de Francfort sans une consultation des populations. Roth analyse avec beaucoup d’honnêteté les efforts déployés par l’Empire allemand pour germaniser les deux provinces. L’annexion provoqua une vague d’émigration vers la France et aussi la création de filiales par certaines entreprises alsaciennes, comme celle des Wendel, afin de garder un pied sur le marché français (tout en profitant du marché allemand). A la lecture de ce livre, il apparaît que le temps avait fait son œuvre et, à la veille de la première guerre mondiale, les populations s’étaient résignées à l’annexion. Reste que le culte des provinces perdues persistait en France, nombre de rues dans les villes de France portant un nom en hommage au pays de Hansi. On a oublié aussi que de nombreuses familles allemandes s’installèrent durant les quarante années de l’annexion et furent obligés de quitter la région en 1918-19, sans aucun ménagement.

 

On se doit de saluer le travail de François Roth sur ce sujet méconnu de l’historiographie.

 

 

Sylvain Bonnet

 

François Roth, Alsace-Lorraine histoire d’un pays perdu, Tallandier collection « texto », octobre 2016, pages, 8,50 €

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.