Place des héros ? Au creux de l'absence...

Une femme à la fenêtre, des paquets des chaussures, dans un décor défraichi qui a quelque chose de massif et d’irrésolu. L’atmosphère est pesante ; les couleurs sont ternes et le climat s’affiche comme défraîchi. On ne parle que par procuration ; d’un déménagement, d’un suicide. Manifestement se signale l’indirect : les domestiques parlent des maîtres, la femme renvoie à son mari, dont le prestige se reflète massif dans sa destruction. Le propos est lent, il confine souvent au silence ; il n’est là de plus en plus que carence. Il faut aimer s’ennuyer, au rythme de la vie monolithique des êtres habités de ce qu’ils ne sont pas, de ce qu’ils auraient pu être, de ce que l’être serait s’ils n’étaient pas là à en concevoir déjà trop.


Il s’agit de l’absence, développée dans un théâtre paradoxe, qui ne dit que ce qui n’est pas. La scène est donc toujours en creux ; elle procède d’une élucidation du manque, de la chute. Il faut aimer le spéculatif. Il n’est pas sûr que cela convienne au théâtre. La mise en scène est sobre ; elle souligne à bon escient le non-dit, le fige dans la sempiternelle trace de ce qui n’advient pas. Heureusement on finit par ne plus savoir de quoi il s’agit. On regarde ailleurs ; les meubles sont endeuillés du drap qui les recouvre ; le propos est de rien, il dit de l’être les dernières touches de ténuité. Tendanciellement se formule le vide, l’impossibilité de l’ultime, et l’on assiste à la redondance qui s’épuise par abolition de l’énonciation.

 

Christophe Giolito

 

Place des héros de Thomas Bernhard

mise en scène, décor et lumières   Krystian Lupa

avec : Povilas Budrys, Neringa Bulotaitè, Eglè Gabrènaitè, Doloresa Kazragytè, Viktorija Kuodytè, Valentinas Masalskis, Eglè Mikulionytè, Vytautas Rumšas, Arùnas Sakalauskas, Rasa Samuolytè, Arùnas Smailys, Toma Vaškeviciùtè

Costumes Piotr Skiba ; projections vidéo Łukasz Twarkowski ; composition Bogumił Misala ; assistant à la mise en scène Giedrė Kriaučionytė ; assistant à la mise en scène Adam A. Zduńczyk.

A La Colline Théâtre National, 15, rue Malte-Brun, 75020 Paris

du 9 au 15 décembre 2016, du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 15h

Spectacle en lituanien surtitré en français, Grand Théâtre durée 4h entractes inclus

avec le Festival d’Automne à Paris

Production

coproduction International theatre festival Divine Comedy (Cracovie)

coréalisation La Colline – théâtre national (Paris) ; Festival d’Automne à Paris

avec le soutien du Ministry of Culture of the Republic of LithuaniaLithuanian Council for CulturePolish Institute in Vilnius

avec le soutien du Adam Mickiewicz Institute

Le spectacle a été créé le 27 mars 2015 au Théâtre National de Lituanie (Vilnius) ; il a été joué du 18 au 24 juillet 2016 au Festival d’Avignon ; il sera donné du 06 au 13 avril 2017 au TNP à Villeurbanne.

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.