Stakhanoviste du style, vivant l’écriture comme un culte, Flaubert a cassé avec Madame Bovary la structure du roman traditionnel. Biographie de Gustave Flaubert.

Le manuscrit de "Madame Bovary"

Il faudra cinq ans d'un travail acharné pour transformer un fait divers en un roman qui modifiera durablement le genre. L'auteur en fut transformé aussi, et devint enfin le grand écrivain que ses amis devinait sous le flot tumultueux de ses précédents écrits. Gustave Flaubert écrivait Madame Bovary comme on fait une thérapie et une cure de réalisme. Le travail immense consiste, selon la légende, à passer chaque phrase à l'épreuve du gueuloir, mais le travail fixé par le manuscrit est impressionnant. 

Le manuscrit est connu, et déjà accessible gratuitement en ligne, avec une navigation page à page qui n'est malheureusement pas des plus simples, après avoir fait l'objet d'une édition partielle et magnifique par Yvan Leclerc, édition génétique qui donnait sur une page le manuscrit original et sur la page en vis-à-vis sa "traduction" (1). Cette édition complète dans le magnifique coffret des Editions des Saints-Pères permet de plonger dans le coeur de la névrose flaubertienne et de comprendre comment il est parvenu à extraire son chef-d'oeuvre d'un texte déjà si travaillé. Le beau coffret rouge et or (pour la première édition, limitée) renferme le trésor : l'écriture penchée de Flaubert, ascensionnelle, très régulière, qu'impressionne la page blanche. Et l'émotion naît, le lecture aujourd'hui peut contempler les strates accumulées de ce qui deviendra, dès sa publication en feuilletons dans La Revue de Paris en 1856, le grand roman moderne, le nouvel alpha de la littérature. 

Ce qui est particulièrement émouvant, c'est de voir l'éclaircissement du texte. Plus le roman avance, moins il est surchargé de corrections, indice que le monstrueux travail sur la forme que Flaubert s'impose à lui-même devient, au fil du temps, une méthode naturelle.  Entre les pages presque intégralement caviardée, raturée, réécrites, et celles sur lesquelles ne se signale qu'un ajustement ponctuel, quel apprentissage de son métier d'écrivain Flaubert montre-t-il ! 

Dans sa courte préface, le comédien Jacques Weber raconte ses relations avec le texte, premiers émois et long compagnonnage. 

Loïc Di Stefano

Gustave Flaubert, Madame Bovary, préface de Jacques Weber, Editions des Saints-Pères, 189 eur


(1) (Flaubert, Plans et scénarios de Madame Bovary, transcription du manuscrit et présentation, CNRS Éditions / Zulma, coll. « Manuscrits », 1995)

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.