Notre vie dans les forêts n’est pas convaincante

C’est un drôle de journal que tient Marie Darrieussecq. Enfin, est-ce elle ou sa moitié ? Son clone futur ? Nous voilà plongés dans un monde futuriste contrôlé par des robots. Pas très malins, les IA, il faut leur apprendre le B.A. BA en cliquant sur son clavier. Répondant à des suites de questions, de raisonnements sensés inciter à la déduction. La logique humaine. Les nuances. Ainsi le cliqueur travaille-t-il quinze heures par jour. Pour un salaire de survie. Parqué dans un appartement sans fenêtre. Menacé par des travailleurs étrangers près à ne plus dormir pour travailler encore plus…
Marie est de la Génération. Elle a bénéficié d’une moitié. Sorte de jumelle qui dort toute la journée. N’est rien d’autre qu’une réserve à organes. Cela tombe bien Marie est souvent malade. Un poumon glané ici, un rein là… Mais quand il s’agit de lui changer un œil devenu défaillant, les choses se gâtent.

Marie abandonne son métier de psy. La fuite sous l’impulsion de son ancien patient. Le nomadisme dans la forêt, en libérant les moitiés… Drôle d’armée de fantômes qui ne sait pas quoi faire. Quelle guerre mener. Poursuivis par les robots, leur destin est précaire.

Dystopie cahotante et décousue, cette histoire laisse un goût étrange. D’un côté on a déjà lu, vu et entendu ce type de récit. D’un autre on a lu Darrieussecq plus inspirée. Passons notre chemin…


 
Annabelle Hautecontre
 
Marie Darrieussecq, Notre vie dans les forêts, Folio n° 6645, juin 2019, 160 p. -, 5,90 €

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.