Richard Marazano & Marcelo Frusin, "L’Expédition" tome 1 : "Le Lion de Nubie"

Un  soldat romain fait irruption chez Aurélius Clemens. Un homme affamé, assoiffé, venu du fleuve, a ravagé un champ, blessé des paysans égyptiens. Il est porteur d’un sceau qu’Aurelius reconnait comme celui de son ami Caïus Bracca. Or, celui-ci est mort face aux Nabatéens révoltés, il y a dix ans. L’homme dit s’appeler Marcus Livius. Il admet avoir déserté, sur ordre de son supérieur à qui il devait tout, pour partir à la recherche d’un nouveau royaume qui ferait la fortune de Rome. Bracca et lui se fondent sur le contenu d’une barque échouée sur une rive du Nil. Les documents, les bijoux et une statuette laissent supposer une civilisation avancée et opulente. Livius est subjugué par la beauté d’une statuette, à l’effigie d’une femme.
Pour la plus grande gloire de Rome, Marcus prend le commandement d’une dizaine d’hommes sélectionnés et ils partent vers des territoires inconnus...

Parmi les thèmes de prédilection de Richard Marazano, on peut relever l’émancipation, la révolte et une recherche identitaire, le tout dans un environnement souvent futuriste, voire de franche science-fiction. Bien que dynamiques, toniques, avec péripéties et rebondissements, les explorations du scénariste laissaient une large place aux données psychologiques, psychiques.


Dans cette nouvelle série, il semble orienter son inspiration vers un récit d’aventures pures et dures avec la conquête de nouveaux territoires. Cependant, outre l’affrontement d’éléments naturels déchaînés, d’animaux mystérieux, de dangers inconnus, il ouvre un volet psychologique avec les motivations des soldats et mercenaires qui composent le groupe. Tous ont une bonne raison de se mettre en danger, de mettre leur vie en jeu. Il conçoit, à cet effet, une galerie de personnages riches en caractères différents, pouvant représenter une large palette de sentiments.


Il met en scène, les réactions des uns et des autres quand les conditions de progression deviennent encore plus difficiles, quand les fonctions vitales ne sont plus satisfaites, quand la douleur et les privations prennent le pas sur la volonté et sur l’attrait du gain.

C'est Marcelo Frusin, un dessinateur argentin qui assure toute la partie graphique. Celui-ci, après quelques travaux pour des maisons d’édition locales, se tourne vers les USA pour travailler. Ainsi, il collabore avec Marvel Comics, DC Comic pour qui il devient, pendant cinq ans, le dessinateur officiel de Hellblazer. Il crée, par exemple, Loveless et assure un Spécial Wolverine. Son dessin exprime la puissance, le dynamisme qui transpire du scénario. Le travail sur les couleurs est remarquablement maîtrisé. Cet auteur rappelle, par son trait, par la vigueur des traits et de la colorisation ceux d’un Richard Corben.


Le Lion de Nubie, augure d’une série séduisante qui, avec Richard Marazano aux commandes, ne se limitera pas, à n’en pas douter, à une seule BD d’action et d’aventures.


Serge Perraud

Richard Marazano (scénario), Marcelo Frusin (dessin et couleur), L’Expédition tome 1 : "Le Lion de Nubie", Dargaud, février 2012, 56 p. - 13,95 €

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.