Michel Onfray ou l'intuition du monde

Adeline Baldacchino tente avec son essai Michel Onfray ou l'intuition du monde une approche nouvelle, et très intéressante : l'analyse de l'œuvre poétique du philosophe, l'analyse poétique de l'œuvre philosophique du poète. Si la philosophie permet de penser le monde, la poésie permet quant à elle de se penser dans le monde, et cette facette méconnue du polémiste normand méritait qu'on y consacre cette belle étude. 

"La poésie du philosophe qui poursuit l'éternité des l'éclair est une leçon de mémoire extatique"

Trois grandes parties — poétique, érotique, éthique — pour traverser l'œuvre d'Onfray, accompagnée par une admiratrice passionnée qui nous ouvre des perspectives nouvelles sur son travail personnel, tout en le confrontant aux grands principes philosophiques qu'il admet comme ses postales fondamentaux (Diogène Epissure, Lucrèce), à l'œuvre de Nietzsche, mais aussi à de grands poètes dont la démarche pourrait être assimilée à la sienne, Christian Bobin notamment. Son postulat est assez simple : « Procédant d'un même ressort initial, poètes et philosophes tentent pourtant d'accéder par des voies divergentes au même objectif : mieux vivre, qui est à la fois mieux sentir et mieux comprendre. » Il lui appartient ensuite de confronter la vision poétique du monde selon Onfray à ses engagements philosophiques, aussi bien que sa vie et des moments clés comme les voyages, l'Université populaire. 

Adeline Baldacchino pose avec beaucoup de passion dans cet essai la question de la poésie comme constitutive de la pensée philosophique même d'Onfray, son rapport au monde. Finalement, le considérant comme un "enfant questionneur", elle lui redonne peut-être, loin des scories de la polémique journalistique, sa puissance initiale.

Loïc Di Stefano

Adeline Baldacchino, Michel Onfray ou l'intuition du monde, Le Passeur, janvier 20176, 240 pages, 7,99 eur

Sur le même thème

Aucun commentaire pour ce contenu.