Les prix littéraires 2018

Prix Interallié 2018 :

- L’hiver du mécontentement de Thomas B. Reverdy (Flammarion)


- - - - - - - - - - -

Le Prix Wepler-Fondation La Poste 2018 a été décerné lundi 12 novembre 2018 à :

Nathalie Léger pour La Robe blanche (éditions P.O.L.)

La mention spéciale du jury est allée à :

Bertrand Schefer pour Série noire ( éditions P.O.L.)

- - - - - - - - - - -

 

 

 

Prix de Flore 2018


- Raphaël Rupert, Anatomie de l'amant de ma femme (L'arbre vengeur )

- - - - - - - - - - -

Prix Décembre 2018 :

Michaël Ferrier, François, portrait d'un absent, (Gallimard, collection L'Infini )

- - - - - - - - - -

Prix du Premier roman :

Clélia Renucci, Concours pour le paradis (Albin Michel). 

Prix du Premier roman étranger :

Shih-Li Kow, La Somme de nos folies, traduit de l’anglais (Malaisie) par Frédéric Grellier, (Zulma)

- - - - - - - - - -

Prix Goncourt 2018 :

  • Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux (Actes sud)

- - - - - - - - - -

Prix Renaudot 2018 :

Roman

- Le Sillon, de Valérie Manteau (Le Tripode)

 

Essai :

- Avec toutes mes sympathies, Olivia de Lamberterie(Stock)

- - - - - - - - - -

Prix Médicis 2018 :


Romans en français :

- Pierre Guyotat, "Idiotie" (Grasset)

Romans étrangers :

- Rachel Kushner "Le Mars Club", traduit de l'anglais par Sylvie Schneiter (Stock)

Essais :

- Stefano Massini, "Les Frères Lehman" (Globe)

- - - - - - - - - -

Prix Femina 2018 : 


- Le Lambeau de Philippe Lançon (Gallimard))
 

Prix Femina essai 2018 : 
- Elisabeth de Fontenay, "Gaspard de la nuit" (Stock)
 

Prix Femina 2018 des romans étrangers :
- Alice McDermott, "La neuvième heure", traduit de l'anglais (États-Unis) par

- - - - - - - - - - -

Le prix Virilo 2018

Apparu en 2008 « par nécessité ontologique », le Prix Virilo est remis chaque année en même temps que le Femina.
Le 9 novembre 2018 il fêtera donc ses dix ans à Paris, en présence de ses nombreux amis et surtout ennemis.
Le jury, mixte mais moustachu, décernera ses récompenses à cette occasion : meilleur livre (il y en a un) et pires ratés de l’année (il y en a beaucoup trop). Le Prix Virilo est le seul prix littéraire dont les jurés achètent et lisent les livres. Cet amateurisme est compensé par un vif penchant pour la boisson, conforme aux standards du monde littéraire.

PRIX VIRILO 2018 (meilleur roman francophone de l’année)

  • Camarade Papa, de Gauz (Le Nouvel Attila)

qui raconte la bêtise du colonialisme et de ses représentants et, parallèlement, la découverte drôlatique de la Côte d’Ivoire par un enfant qui y a ses origines et qui a été biberonné au marxisme léninisme intégriste des années 1970, dont il n’a retenu que quelques formules superficielles et un bel engagement révolutionnaire. Le livre de Gauz se lit avec l’urgence née d’un récit maîtrisé et intelligent, et la grâce d’un style unique et efficace, au service de son histoire.
Comme nous, le Nouvel Attila vient de fêter ses dix ans.

 

PRIX TROP VIRILO 2018 (giclure excessive de testostérone littéraire)

  • Le bleu du lac, de Jean Mattern (Sabine Wespieser), pour la présence répétée d’une bite « magnifique » et de non pas une mais deux éjaculations pendant un concert de Brahms

Dans un récit assez tiède, l’irruption de ce héros à la « bite magnifique » s’impose  avec douceur mais autorité, grâce à son personnage qui éjacule deux fois de suite dans son pantalon à la seule écoute d’un concert de musique classique, puis aborde la pianiste objet de son épandage en lui expliquant qu’il a gâté deux pantalons à cause d’elle, et qu’elle lui doit donc bien un repas. Elle accepte bien sûr cette invitation, ce qui lui vaudra par la suite de faire connaissance de ladite « bite magnifique ».

- - - - - - - - - -

Grand prix du roman de l’Académie française  : Camille Pascal, L’été des quatre Rois (éditions Plon)

- - - - - - - - - -

Prix SGDL - Révélation 2018 :


Laurine Roux, Une immense sensation de calme, éditions du Sonneur

- - - - - - - - - -
 

Prix Mémorable 2018 (décerné en janvier 2019) : 1ère sélection

Pour sa 11e édition, les libraires d'Initiales ont gardé 17 titres au premier tour.
Une sélection rendue publique pour la première fois :

- Ida d’Hélène Bessette (Nouvel Attila/Othello)
- Contes d’une poche et d’une autre poche de Karel Čapek (éditions du Sonneur)
- Le grand rêve des floraisons d’André Dhôtel (Klincksieck)
- Jours de famine et de détresse de Neel Doff (L’Echappée)
- Juifs sans argent de Michael Gold (Nada éditions)
- La peau dure de Raymond Guérin (Finitude)
- Mais leurs yeux dardaient sur Dieu de Zora Neale Hurston (Zulma)
- Méditerranée de Panaït Istrati (L’Echappée)
- L’Élève Gilles d’André Lafon (L’Eveilleur)
- Le tonneau magique de Bernard Malamud (Rivages)
- Œuvres complètes d’Ossip Mandelstam (Le Bruit du temps)
- Le monde selon Barney de Mordecaï Richler (éditions du Sous-sol)
- Les léopards de Kafka de Moacyr Scliar (Folies d’encre)
- L’île au trésor de Robert Louis Stevenson (Tristram), nouvelle traduction par Jean- Jacques Greif
- Le jeu d’échec d’Edith Thomas (Viviane Hamy)
- Une empreinte sur la terre (T3 du Buru quartet) de Pramoedya Ananta Toer (Zulma)
- Le livre des monstres de Juan Rodolfo Wilcock (L’Arbre vengeur)

- - - - - - - - - - -

Prix Jean Giono2018 (décerné le 9 novembre) :  


- Le grand écrivain, de Jean-François Merle, Arléa
- Chien-loup, de Serge Joncour, Flammarion
- 37, étoiles filantes, de Jérôme Attal, Robert Laffont-Seghers-NiL-Julliard
- Les belles ambitieuses, Stéphane Hoffmann, Albin Michel
- Le train d'Erlingen ou La métamorphose de Dieu, de Boualem Sansal, Gallimard
- L'hiver du mécontentement, Thomas B. Reverdy, Flammarion
- L'Evangile selon Youri, Tobie Nathan, Stock
- Quatre-vingt-dix secondes, Daniel Picouly, Albin Michel
- Maîtres et esclaves, Paul Greveillac, Gallimard
- Depuis la terre, regarder les naufrages, Jeanne Labrune, Grasset

 

Sur le même thème

1 commentaire

L'idéal serait que le Prix Jean Giono soit décerné à Manosque même, dans les jardins de sa maison du Paraïs, par exemple.

Le décerner comme ça, à Paris, dans les salons de ou tel grand hôtel, n'a aucun sens véritable, c'est là trahir l'esprit même de l'œuvre.

André Lombard 84 Viens.