Véronique Bergen : la belle Hélène n'est plus bonne poire

Coupable car innocente, je veux sortir de ce labyrinthe, écrit Hélène de Troie du moins par la voix de celle qui devient non seulement son exégète mais sa voix et sa vie nouvelles.
De même que sa nouvelle éthique :
Une abeille a davantage de conscience morale que moi.
Je plaide l’irresponsabilité totale
.
Et vu son "statut d’attracteur galactique" elle plaide l'acquittement et son impunité dont sa beauté elle-même témoigne.

Et de souligner l'ignoble mensonge du mythe de ses origines  dont on l'a elle-même biberonné quand j’étais enfant, bobard mon père  changé en cygne pour copuler avec ma mère, dit l'Hélène façon Bergen.  
Et d'ajouter Je m’appelle Hélène, Hélène simulacre.com pour que le reste du temps, je milk-shake les siècles, les continents, superposant avec  brio ma vie et celle de la belle Hélène. Elle ne sera plus bonne poire. Même lorsque les polis sonnent ou l'appellent.

Et l'auteure de rappeler que dans la vie de la mythologisée Il n’y a pas de chaîne causale mais des circuits en boucles, en vrille, en zigzag. Grâce de Véronique Bergen l'amie tique. Elle peut donc vivre sa ou ses vies et qu'importe ceux qui la "baisent" pour s’incorporer sa grâce et être contaminés par sa séduction et la perfection de son corps. Elle connaît son obligation d’assouvir la libido des mâles et des femelles qui la tripotent, jambes et bouche ouvertes. Mais de sentir un de ses amants en proie à une excitation inhabituelle ne lui suffit guère.

D'où un ultime son black-out et come-back, son refus d’obtempérer, de collaborer. L’hormone de la docilité n'est pas de son fait. Elle reste à déchirer les photos de Tyndare et Zeus en minuscules fragments. D'où cette suite d'épisodes qui se rêvent en saccages et sagas romanesques hollywoodisées et autres productions : du  poèmes aux clips, des installations. Vronique Bergen, en son nom, ne sera pas Polyxo qui la lyncha : Je suis Électre vengeance.com qui, devant ton père, t’affublera de corsets d’orties. Ce qui ne manque pas de piquant de la part de la féministe belge écrivaine au dynamisme transgressif.


Jean-Paul Gavard-Perret


Véronique Bergen, Icône H. Hélène de Troie, OnLit Editions, mai 2021, 18 euros

Aucun commentaire pour ce contenu.