Emmanuel Macron : un incontestable personnage de roman selon Philippe Besson

Emmanuel Macron : un incontestable personnage de roman selon Philippe Besson

Que l’on aime ou non les livres de Philippe Besson , que l’on ait voté ou non pour Emmanuel Macron, que l’on adhère ou non à sa vision de l’avenir, on ne peut que tomber d’accord avec le premier quand il définit le second : Un personnage de roman .... Lire la suite

Philippe Besson, "Arrête avec tes mensonges"

Philippe Besson, "Arrête avec tes mensonges"

Philippe et Thomas ont 17 ans, ils sont en terminale à Barbezieux, près d’Angoulême. Philippe est le fils du directeur de l’école, Thomas est issu d’une lignée de paysans du cru. Le premier est assez insignifiant. Faute de mieux, on traite tout de... Lire la suite

Philippe Besson. Extrait de : « Arrête tes mensonges »

Philippe Besson. Extrait de : « Arrête tes mensonges »

EXTRAIT >   C’est la cour de récréation d’un lycée, une cour goudronnée cernée de bâtiments anciens aux fenêtres larges et hautes, à la pierre grise. Des adolescents, sac à dos ou cartable posé aux pieds, discutent par petits groupes, les... Lire la suite

"Vivre vite", retour sur le mythe James Dean

"Vivre vite", retour sur le mythe James Dean

Mourir jeune, au faîte de sa gloire, fige sa propre légende. James Dean, beau comme le diable, restera à jamais l'enfant surdoué mais terrible du cinéma américain. Et Philippe Besson lui redonne vie, derrière l'image figée, dans un récit assez... Lire la suite

Philippe Besson, La maison atlantique. Roman  implacable

Philippe Besson, La maison atlantique. Roman implacable

Un homme et son fils de dix huit ans  passent des vacances dans leur maison du coté de l’Île de Ré. La mère adorée est morte  deux ans plus tôt et ce n’était pas un accident. Pour le garçon, le père homme d’affaires cynique et froid est responsable du... Lire la suite

Philippe Besson, Une bonne raison de se tuer : Plus rien à perdre

Philippe Besson, Une bonne raison de se tuer : Plus rien à perdre

Deux personnages : un homme et une femme. Le premier est un peintre né en Louisiane, exilé à Los Angeles, Venice Beach. La seconde est une bourgeoise déchue, ex-épouse modèle au service d'enfants indifférents et d'un mari infidèle. Ces deux là ne se... Lire la suite

Philippe Besson, De là, on voit la mer : Envoûtant !

Philippe Besson, De là, on voit la mer : Envoûtant !

Dès les premiers mots du roman, le lecteur est projeté dans le récit, dans la violence de l'été italien et sait qu'il ne le lâchera pas avant le point final. Il est déjà entré dans l'extravagante musique feutrée des mots de Philippe Besson. Dans celle... Lire la suite

Philippe Besson. Extrait de : De là, on voit la mer

Philippe Besson. Extrait de : De là, on voit la mer

EXTRAIT >   Quand l'histoire commence, on est dans la violence de l'été, l'extravagante violence des étés italiens. Le soleil frappe si fort qu'il rend insoutenable au regard le blanc des façades alentour. Il fait aussi la pierre brûlante :... Lire la suite

"Les Jours fragiles" de Philippe Besson : un huis-clos en enfer

"Les Jours fragiles" de Philippe Besson : un huis-clos en enfer

Dans ce huis-clos entre un frère et une sœur qui ne peuvent pas se comprendre tant la distance entre leurs vie est disproportionnée : Arthur est athée, homosexuel, drogué, Isabelle, pieuse, vierge, travailleuse, le courant passe pourtant. Car Isabelle... Lire la suite

Interview - Retour sur "Les Jours fragiles" d'un Philippe Besson plus que jamais rimbaldien

Interview - Retour sur "Les Jours fragiles" d'un Philippe Besson plus que jamais rimbaldien

À l'occasion de la réédition des Jours fragiles , rencontre avec Philippe Besson, cet éternel amoureux de Rimbaud  — Pourquoi avoir choisi pour thème de votre livre Les jours fragiles, la figure d'Arthur Rimbaud à l'agonie ? Arthur Rimbaud... Lire la suite

"Les Jours fragiles" de Philippe Besson, les derniers jours de Rimbaud racontés par sa sœur.

"Les Jours fragiles" de Philippe Besson, les derniers jours de Rimbaud racontés par sa sœur.

Les derniers jours d’Arthur Rimbaud vus par sa sœur Isabelle à travers un journal fictif étalé sur cinq mois. Un journal tenu d’une main appliquée, laborieuse, s’efforçant de dépeindre avec l’ardeur d’une paysanne dévote l’agonie d’un frère de... Lire la suite