L’exil universel d’Adonis

L’exil universel d’Adonis

Né en Syrie, ayant achevé ses études à Beyrouth, découvert – et haï – New York, réussi à survivre à la guerre du Liban et désormais installé à Paris, Ali Ahmad Saïd Esber aura eu un destin digne d’un héros fitzgéraldien. Il a douze ans, il se rend... Lire la suite

Mue du matin en nuit américaine : Gabrielle Jarzynski  et Smith Smith.

Mue du matin en nuit américaine : Gabrielle Jarzynski  et Smith Smith.

                    Traces, preuves, références, indices, legs, fragmentent ou plutôt composent le livre-plateau d’amour et de mort de Gabrielle Jarzynski   et Smith Smith. Le noir sur blanc des mots de l’auteure porte chaque pensée au bord... Lire la suite

Interview Rémi Karnauch : « Une pulsion sans mots, qui se met en mots »

Interview Rémi Karnauch : « Une pulsion sans mots, qui se met en mots »

Auteur de romans, de nouvelles, de chansons, de proses poétiques et d’une biographie, Rémi Karnauch vit à Paris où il continue d’écrire des textes parfois drôles, parfois sombres ou encore sombrement drôles. Il vient de publier Honoré Laragne aux ... Lire la suite

Stéphanie Chardon, Keny Ozier Lafontaine les galopins

Stéphanie Chardon, Keny Ozier Lafontaine les galopins

                      Stéphanie Chardon et Kenny Ozier  unissent souvent leurs singularités sans cultiver des émois de midinette. Sauf façon Piaf ou biguine. Les énergies plastiques et littéraires sont pleines de rondeurs, spirales et de... Lire la suite

Claude-Henri Rocquet, Je n’ai pas vu passer le temps : Une mosaïque de saisissements

Claude-Henri Rocquet, Je n’ai pas vu passer le temps : Une mosaïque de saisissements

Il est parti depuis peu, si tant est qu’il soit parti. Claude-Henri Rocquet n’est plus, plus de ce monde. Bien sûr, les écrivains meurent, presque par inadvertance, mais leur parole, j’allais dire leur voix, refuse de mourir. Elle persiste dans la... Lire la suite

Laurent Grison : ce qui arrive

Laurent Grison : ce qui arrive

  Laurent Grison rappelle ce qui arrive lorsque les mots nous laissent. Et qu’ils ne permettent plus ce qu’on croit qu’ils peuvent faire. Reste l’approche du silence. Imprévisible et prévisible car là depuis toujours, sous les mots, leur  ... Lire la suite

Gérard Freitag : La bonté des lichens

Gérard Freitag : La bonté des lichens

Gérard Freitag a été garde forestier avant de devenir professeur de lettres. Surtout, il s’est fait éveilleur d’aurores par la poésie – et de la plus belle eau pensive… Plus particulièrement, il nous éveille à celle des lichens, évocateurs d’une « vie... Lire la suite

Enan Burgos : entrées en matière

Enan Burgos : entrées en matière

Enan Burgos offre le corps dans sa nudité. Ceux qui trouvent une telle peinture obscène oublient trop vite que c'est grâce à elle que s'élabore l’incantatoire de l’Imaginaire signe d'une attitude mentale particulière. Elle tourmente jusqu'à... Lire la suite

Aurélie-Ondine Menninger : La réponse à l'ange

Aurélie-Ondine Menninger : La réponse à l'ange

Traductrice dans la langue de Pablo Neruda, Aurélie-Ondine Menninger publie un recueil de poèmes bilingue – histoire d’arpenter en toute liberté un territoire intérieur soustrait à toute géopolitique. Ou   de s’enraciner dans une géopoétique sans... Lire la suite

Amélie Adamo & Anya Belyat-Giunta : peaux fuyantes

Amélie Adamo & Anya Belyat-Giunta : peaux fuyantes

    Amélie Adamo & Anya Belyat-Giunta reprennent la question - récurrente en art et littérature - de l’identité. Elles la déconstruisent en œuvre de salubrité publique par l'humour l'érotisme et dans les cheminements, croisements, frottements... Lire la suite

Frédéric Forte et la poésie sandwich

Frédéric Forte et la poésie sandwich

                    Une tranche de pain (vers comptés sans ponctuation en partie I), en symétrie : une autre tranche (des poèmes visuels, hyper ponctués et avec dessin, partie III). Au centre en « jambon » une masse verbale de deux pages. Tout... Lire la suite

Fable de Polyphème et Galatée

Fable de Polyphème et Galatée

Le Siècle d’or espagnol compte trois grandes plumes : Jean de la Croix (1542-1591), Quevedo (1580-1645) et Gongora (1561-1627), lequel fut trop vite encarté illisible , comme Mallarmé, parce que certains chroniqueurs n’avaient ni l’intelligence, ni... Lire la suite

Le Mystère de Jean l'Oiseleur

Le Mystère de Jean l'Oiseleur

Raymond Radiguet (1903-1923), l'amour fou de Jean Cocteau, vient de mourir en décembre 1923. Très affecté, le poète est au bord du suicide, et se réfugie dès janvier 1924 dans une consommation irrépressible d'opium. Il s'isole par la suite à... Lire la suite

Christian Désagulier face aux impostures

Christian Désagulier face aux impostures

  Christian Désagulier trompe la vue des apparences (tout en s’appuyant sur elles)  afin de montrer quelque chose à la fois de plus invisible mais de plus familier en niant tout idéal et en « dé-hiérarchisant » le crucial et l'anecdotique dans ce... Lire la suite

Noyau de lune. Viviane Campomar. Editions Le Nouvel Athanor.

Noyau de lune. Viviane Campomar. Editions Le Nouvel Athanor.

Noyau de lune. Viviane Campomar. Editions Le Nouvel Athanor, 2016. 15 € . Certains poètes font le deuil de leurs proches avec qui ils ont partagé de l’amour et de la joie , je pense à Valérie Rouzeau et à son Pas revoir ( Editions La petite... Lire la suite

Lambert Schlechter au dessus du volcan

Lambert Schlechter au dessus du volcan

  Obsédé par les femmes plus que par Dieu même si l’auteur prétend que l’entité céleste est son « dada », Scheltcher casse le gros bourdon, ébrèche cafard,   désembourbe la roue et le moyeu existentiels de leurs ornières. Il ramasse les... Lire la suite

William Wordsworth et Talweg : transfigurations

William Wordsworth et Talweg : transfigurations

                  Présentés dans leur version originale et dans la traduction de Barbey d’Aurevilly, les 3 poèmes du chef de file de l’école lakiste William Wordsworth jouent (comme la musique de Talweg qui en offre un contrepoint) du silence et... Lire la suite

Chants orphiques et autres poèmes

Chants orphiques et autres poèmes

Nouvelle traduction des Chants orphiques de Dino Campana, ce texte rare et d'une incroyable beauté qui en fit le pendant italien de Rimbaud. Mais cette édition bilingue, présentée comme inédite, voire comme "l'unique recueil d'un génie fulgurant... Lire la suite

Boris Wolowiec : du principe de la forme

Boris Wolowiec : du principe de la forme

                    Chez Wolowiec les aphorismes  s ans se contredire,  se massacrent les uns les autres afin non de s’annuler mais de faire en sorte que la vérité d’un sens ne puisse se rete­nir dans un seul d’entre eux. L’auteur trouve... Lire la suite

André Balthazar : le mer et ses poissons

André Balthazar : le mer et ses poissons

                    Pour André Balthazar (mort en 2014) l'Imaginaire n'en finit jamais avec la vie. Demeure incessamment l'avènement du possible. Ses contes le prouvent. Ils restent une morale hors de ses gonds en action capables de... Lire la suite