De Saint Augustin à Proust : voyage au centre de la Littérature

De Saint Augustin à Proust : voyage au centre de la Littérature

Il y aurait plus de mystère à lire qu’on ne pense. Si l’on en croit cette anthologie. Ce ne sont pas moins de cent textes qui confirment qu’il y a bien mille et une manières de lire. C’est-à-dire d’avoir un rapport avec l’objet-livre. Voire cette... Lire la suite

Jonathan Littell, plus dure sera la suite

Jonathan Littell, plus dure sera la suite

Comment se relever après un tel coup ? Car il n’y a pas que les lecteurs qui furent assommés, estomaqués, retournés sous le choc – littéralement – après avoir lu Les Bienveillantes , tant ce livre extraordinaire, livre-somme, embrassait l’univers... Lire la suite

Quel génie Vinci ?

Quel génie Vinci ?

Être un touche-à-tout est bien souvent le revers de ce que l’on croit être une qualité, un don, et qui vous plombe une carrière, vous engloutit dans une apparence de survol, et devient criant le manque de rigueur, la persévérance, l’obstination qui... Lire la suite

Ryôkan, entre sagesse & poésie

Ryôkan, entre sagesse & poésie

Ryôkan est considéré comme l’un des plus grands poètes de waka de l’époque prémoderne. Moine zen et poète. Personnage fantaisiste qui est aussi fort doué pour la calligraphie. Sportif qui s’adonne aux jeux de balle. Peu connu de son temps mais devenu... Lire la suite

L'Histoire de France, mais quelle histoire ?

L'Histoire de France, mais quelle histoire ?

En ces temps troublés où tout un chacun réécrit l’histoire de France, voici une initiative exemplaire. Français de souche, Gaulois, Francs, d’où venons-nous réellement ? La France a-t-elle toujours été la France ? Qui avait-il avant ? Terre de... Lire la suite

Microfictions II, ou l’art du contrepied selon Régis Jauffret

Microfictions II, ou l’art du contrepied selon Régis Jauffret

Comment résumer le monde autrement que par la caricature afin de mieux cerner ce bât qui ne cesse de blesser – et pas seulement notre amour-propre, si je peux oser ce jeu de mots. Entre la médisance et le mépris de classe, l’impossible subordination... Lire la suite

Christian Bobin réinvente la musique du silence

Christian Bobin réinvente la musique du silence

La rentrée littéraire se fait aussi à la manière du off du Festival d’Avignon – comme d’ailleurs dans la majeure partie des cas –, c’est dans l’angle mort, à côté, derrière le tain du miroir des reflets de la certitude que se passe la réalité du... Lire la suite

Patrick Modiano en somnambule littéraire

Patrick Modiano en somnambule littéraire

Les souvenirs sont des compagnons pervers, parfois fantômes drapés dans des manteaux d’illusion qui couvrent des pans de réalité, parfois fantasmes qui hantent nos rêves en les rendant réels – quand ils ne fissurent pas la réalité en la détournant... Lire la suite

Hemingway : combien de femmes ?

Hemingway : combien de femmes ?

Vous pouvez être perçu comme une force de la nature, un ours à la Orson Wells, vous n’en demeurez pas moins fragile, perdu voire terrorisé quand l’heure vient de vous retrouver tout seul. Non pas face à la page blanche qui n’a pas l’heur de faire... Lire la suite

Les vacances avec Julie Wolkenstein : hasard ou coïncidence ?

Les vacances avec Julie Wolkenstein : hasard ou coïncidence ?

Tout est vrai, c’est un roman. Rien n’est vrai, c’est une fiction. Les deux affirmations s’imposent à qui voudrait résumer cet ouragan littéraire qui vous emporte en Normandie, de l’IMEC au château du Champ de bataille , mais pas le kitch revu par... Lire la suite

Notre vie dans les forêts n’est pas convaincante

Notre vie dans les forêts n’est pas convaincante

C’est un drôle de journal que tient Marie Darrieussecq. Enfin, est-ce elle ou sa moitié ? Son clone futur ? Nous voilà plongés dans un monde futuriste contrôlé par des robots. Pas très malins, les IA, il faut leur apprendre le B.A. BA en cliquant sur... Lire la suite

Philip Roth : sincérité versus vérité

Philip Roth : sincérité versus vérité

      Dans cette énorme compilations d'essais et d'entretiens Roth se livre autant qu'il s'amuse avec son lecteur. La raillerie est là. Celui qui a été défini "juif américain ou américain juif de Newark" dénonce cette... Lire la suite

George Sand l'anticipatrice

George Sand l'anticipatrice

Le recyclage actuel et les glissades des genres permettent de ressortir de la naphtaline certaines œuvres secondaires des armoires où elles auraient dû rester. C'est pourquoi nous pouvions craindre le pire en abordant un texte où "Gabriel", élevée en... Lire la suite

Pornarina ou la rédemption définitive

Pornarina ou la rédemption définitive

Existe-t-elle, d’ailleurs, cette Pornarina qui fait courir tant de vieux limiers ? C’est qu’elle ensanglante l’Europe depuis des décennies. N’est-elle pas plutôt imitée  ? Le copy-cat est la seconde division des tueurs en série. Car personne ne l’a... Lire la suite

Dans ce jardin qu’on aimait

Dans ce jardin qu’on aimait

Initialement écrit pour être joué sur scène, ce texte bouleversant se lit aussi d’une traite. Dans un contexte bucolique, Pascal Quignard déchire le rideau de l’hypocrisie. Assène les vérités de l’amour. Ce sentiment ambigu qui mêle passion et... Lire la suite

Et si la littérature était le centre du monde ?

Et si la littérature était le centre du monde ?

Constat d’impuissance : le narrateur aurait voulu demeurer un enfant, vierge de toute perversion – entendons-nous bien, le sexe n’est en rien pervers, y compris l’inceste consentie avec sa sœur ; Sollers toujours ? – mais les adultes lui ont confisqué... Lire la suite

Le cerveau mystiquement alvéolé de Haenel

Le cerveau mystiquement alvéolé de Haenel

Revoilà le souffle, la trempe, la flamboyance du style Haenel, la grande épopée lyrique dans la même veine que l’admirable Cercle (prix Décembre 2007 & prix Roger Nimier 2008), dernier hussard vivant à oser mélanger les genres pour nous livrer un... Lire la suite

Sollers innocent ?

Sollers innocent ?

Peut-on encore être détaché en ces temps de jacquerie ? Déjà Pierre Desproges s’affichait en artiste dégagé , en opposition à la cohorte d’artistes engagés pour des causes X et Y, dont la moitié ne les concernaient en rien, mais ils suivaient le... Lire la suite

C'est bien Vincent qu’on assassine

C'est bien Vincent qu’on assassine

Vincent Van Gogh était très loin d'être fou, il était surtout insatisfait, habité par une rage lanciante, frustré face à la peinture qu’il faisait et qui n’avançait pas assez vite vers ce qu’il désirait… Il n’était donc pas dépressif et n’aurait... Lire la suite

Seule la Beauté

Seule la Beauté

Empédocle aurait-il raison ? Si je suis honnête. Que je regarde autour de moi. Que je comprenne dans quel monde j’évolue. Je constate que nous avons été précipité dans le pays sans joie . Que je suis-aveugle pour ne pas saisir toute cette haine qui... Lire la suite